Analyse les femmes savantes, i, 1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1231 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA Molière, Les Femmes savantes | |
INTRO :

Complément : A) Molière (1622-1673)
- Jean-Baptiste Poquelin (prend le pseudonyme de « Molière » en 1644), issu de la bourgeoisie marchande parisienne.
- A partir de 1644, il fonde la troupe de l’Illustre-Théâtre. Il joue essentiellement des farces (= pièce courte de 3-4 personnages, à l’action linéaire et fondée sur 1 renversement final desituation. Thèmes issus de la vie quotidienne –adultères, querelles de ménage- vols…-)
- 1658 : Molière remonte à Paris et s’apprête à séduire la Cour. Louis XIV est séduit par ses pièces : farces, grandes comédies (en 5 actes+vers). Pièces contiennent de + en + une portée satirique contre les traditions morales, religieuses et sociales. Molière se fait de + en + d’ennemis.
- 1664 : refus deTartuffe car cabale des dévots contre Molière
- 1673 : Molière meurt pdt 1 représentation du Malade imaginaire. Il est néanmoins enterré religieusement mais de nuit.
B) Les Femmes savantes (1672). Passage d’un élève sur la Préciosité.
Complément : pièce satirique qui se moque des femmes savantes et surtout « précieuses » La préciosité[1] est un mouvement littérairequi repose sur la volonté de se distinguer par la pureté du langage, par l’élégance de la tenue et par la dignité des mœurs. Les femmes, principalement, mais également des hommes, vont créer ce mouvement pudique et raffiné à l’extrême. Les Précieux veulent donner du prix à tout ce qui est en quête perpétuelle de l’élégance. Les Précieux ont contribué à la simplification de l’orthographe(respondre > répondre) et à l’élaboration de périphrases et métaphores pr éviter les mots jugés bas ou aux sonorités disharmonieuses (chaise> les commodités de la conversation ; miroir > le conseiller des grâces).
Dans la pièce, c’est Armande et sa mère (Philaminte) qui représentent les Précieuses. Henriette se situe à l’extrême opposé. Pièce repose sur le mariage contrarié d’Henriette, aimée deClitandre mais promise à Trissotin qui se dit « bel esprit » et « précieux ». L’extrait prend place dans la scène d’exposition.

2) Lecture du texte + hypothèses de lecture

3) Lecture des pistes d’étude :
Vous rédigerez le commentaire du texte de Molière en justifiant ces deux axes de lecture :
1) Quelle est la thèse d’Armande que l’on peut déduire des arguments qu’elle utilise ?Dans quelle position se place-t-elle par rapport à sa sœur ? 
2) Repérez et identifiez les procédés par lesquels Henriette tente de convaincre sa sœur. Quelle est la thèse de sa tirade ?

I- PREMIERE PARTIE : « Quelle est la thèse d’Armande que l’on peut déduire des arguments qu’elle utilise ? Dans quelle position se place-t-elle par rapport à sa sœur ? »A) Thèse/ Arguments d’Armande
La thèse d’Armande est implicite, c’est-à-dire que l’on peut la déduire des arguments qu’elle énonce à sa sœur.

|« étage bas » (1), « petit personnage » (2), |Connotations dépréciatives |1er argument (v. 1-7) : s’occuper de ses |
|« gens grossiers, […] personnes vulgaires » | |enfants, deson mari et de son ménage sont |
|(6), « bas amusements » | |des occupations méprisables. |
|« hauts objets » (8), « des plus nobles |- Connotations mélioratives + superlatif |2ème argument (v. 8-11) : les études et la |
|plaisirs » |- Antithèses (par rapport à la1ère ligne) |vie intellectuelle permettent d’élever |
| | |l’esprit. |
|« Vous avez notre mère en exemple » (12), | |3ème argument (v. 12-17) : Henriette doit se |
|« tâchez […] de vous montrer sa fille » (14),|...
tracking img