Analyse linéaire mariage de figaro acte v scène iii

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 36 (8856 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse linéaire du texte 5 : Beaumarchais, Le Mariage de Figaro
Acte V, scène 3 : le monologue

Scène qui représente le dénouement de la pièce. Ce monologue est un des plus longs de la scène française (ici nous n’en étudions qu’un extrait). Il permet de créer une pause dans l’action : le personnage, porte-parole de l’auteur s’adresse directement au public et l’action ne progresse pas : c’estun moment statique pendant lequel Figaro attend le développement de la « crise » engagée et l’arrivée de Suzanne avec des explications. C’est un temps de réflexion pour lui-même.
Quand Figaro commence son monologue, le théâtre est obscur, l’acteur adopte un ton sombre.
Le décor représente une salle de marronniers, dans un parc, des arbres plantés en ordre symétriques, le fond est une clairièreornée, un siège de gazon sur le devant.

Rappel de l’intrigue qui conduit ici Figaro, le soir de ses noces à faire les 100 pas en pleine nuit : le mariage de Figaro et de Suzanne a été réglé à la fin de l’acte III ; l’acte IV a été en partie rempli par des cérémonies, défilés, danses qui s’y rapportent. Mais, chemin faisant, toute une intrigue a été ourdie et Figaro croit que Suzanne luidésobéit, lui ment et veut le tromper : le spectateur sait que la comtesse a ordonné à Suzanne d’accepter le rendez-vous que le comte lui avait fixé. Elles échangeront leurs vêtements pour que Rosine aille au rendez-vous sous l’habit de Suzanne, afin de piéger le comte. Bien sûr, Figaro n’est pas mis dans la confidence, c’est ce qui fait qu’il se croit trahi.

Ce monologue n’est pas seulement lemanifeste d’une Révolution écrit par Beaumarchais : pour s’expliquer l’amertume de Figaro, il faut tenir compte de sa situation : ce n’est pas celle d’un philosophe qui réforme le monde, mais celle d’un mari jaloux qui croit avoir surpris la preuve que la veille même de son mariage, sa Suzanne se prépare à le tromper avec son maître.

( Figaro se promène, en pensant à Suzanne. Les données essentiellesde la conjoncture sont résumées avec précision : aussi impatient que dépité, Figaro s’élève contre l’inconstance des femmes: Ce sera l’un des thèmes majeurs de la méditation et la triple apostrophe initiale en souligne l’importance (Ô femme ! femme ! femme !). Voir Hamlet, on y retrouve une plainte similaire « O femme, ton nom est fragilité ! ». Figaro croit Suzanne infidèle et sa colère val’amener à généraliser : l’apostrophe concerne toutes les femmes.
La femme est traitée « d’animal » : style cavalier (= sans respect), vocabulaire dépréciatif (« créature » (dans la religion Eve est la créature responsable du pêcher originel), les adjectifs « faible » (= sexe) et « décevant » (= le tromper) : la femme ne sait pas résister, elle ment. Le terme « animal » renforcé par le mot « instinct »a valeur péjorative : la femme n’a pas de raison : la passion et la jalousie de Figaro lui brouille la mémoire : Le caractère de Figaro ici se trouve précisé : aimant Suzanne d’un amour vrai, dans le moment présent il souffre d’une émotion aussi sincère que manifeste.
( Chagrin sentimental conduit Figaro à une explosion soudaine et violente contre son rival, le Comte, et le pousse à proférer unerageuse déclaration de guerre : « Le perfide ! et moi comme un benêt »: Le tempo change brutalement : une amère virulence anime soudain l’énoncé (sa colère est d’autant plus forte que Figaro a aidé le Comte dans le Barbier). Figaro est devenu un amoureux inquiet, que dresse une rancœur accusatrice et revendicatrice contre un noble. Ici le héros est le porte parole de l’auteur : c’est le doubled’un Beaumarchais : l’auteur et son personnage force l’autorité gouvernementale, attaque de front une caste nobiliaire qui détient tous les biens de ce monde (fortune, rang social, titres et places) sans rien avoir fait pour les mériter. Ce lieu commun est la vraie noblesse que l’on retrouve dans de nombreuses pièces (ex : Don Juan, Molière, IV, 4). Mais la nouveauté tient au fait à ce que la...
tracking img