Analyse: livre 1 des confessions de rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (664 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En 1782, l’autobiographie de Jean-Jacques Rousseau, les Confessions sont publiées. Elle consiste de deux parties, avec douze livres en tout. C’est une autobiographie assez complexe dans ce sensqu’elle contient des aspects très typiques du genre, mais il existe aussi des éléments qui provoquent le lecteur de mettre cet œuvre en question.

Les topoï de l’autobiographie sont présents : la famille,à laquelle le lecteur est introduit dès les premières pages ; l’enfance qui est l’essence du livre premier qui s’occupe de 1712-1728 (dès son naissance à 16 ans) ; et le souvenir qui est vraimentl’aspect indissociable avec son projet. Mais la conformité concrète à l’autobiographie semble de s’y arrêter là.

Son but est bien clair, largement grâce au titre de son projet. Il veut confesser tout cequ’il a fait de mauvais pendant sa vie : « […]je vous conjure par mes malheurs»(p.1) ; une confession aux lecteurs, ainsi qu’à Dieu, « le souverain juge » (p.3).
Mais est-ce que c’est si clair que ça? Le lecteur attend un livre plein des erreurs et malheurs rencontrés par Rousseau, mais se rend compte que ces erreurs sont en fait insignificants et certainement sans une importance qui nécessitedouze livres. Rousseau avait donc un but beaucoup plus implicit qui était de faire prouver qu’il n’a rien fait de très mauvais. Dans un sens, il voulait prouver son innocence et sa presque-perfection.D’après le pacte autobiographique de Philippe Lejeune, l’auteur doit promettre au lecteur « que ce qu’il va [lui] dire est vrai ». C’est sûrement le cas des premières pages du livre 1, où Rousseauaffirme sincèrement que son autobiographie est « le seul portrait d’homme, peint exactement d’après nature et dans toute sa vérité » (p.1). Egalement, le fait qu’il n’aurait aucune hésitation deprésenter ses confessions devant Dieu en disant « j’ai dit le bien et le mal avec la même franchise »(p.3), montre son confiance en ce qu’il a écrit. Le lecteur doit donc le croire.
Toutefois le...
tracking img