Analyse montaigne, essais, « des cannibales », chap.31, livre 1

Texte BAC 1 : Montaigne, Essais, « Des Cannibales », Chap.31, Livre 1 (extrait)

Intro : - Découverte Amérique par Christophe Colomb en 1492,
- Expansion : - colonisation,
- respect et compréhension,
- 1555 : expédition française dans la baie de Rio de Janeiro, Villegagnon,
- Dans les Essais Montaigne prend le partie desnouveaux peuples, publié en 1581,
- Il s’interroge sur la notion de barbarie,
- Il présente les coutumes guerrières des indiens et les comparent à celles des portugais.

Problématique : - En quoi ce texte est-il représentatif de l’humanisme ?

I) Une description ethnographique
a) Le caractère didactique
- « rapporté » (l2) ( - son secrétaire ami deVillegagnon,
- Jean de Léry et André Théret ont rencontrés un indien en 1562.
- « opinion », « usage », « mire » (l7) ( relativité des idées.
- « au-delà », « montagnes » (l7) ( géographie.
- « éloigné » (l13) => repères spatiaux = scènes imaginables.
- « C’est », « ce n’est pas » (l16-17) ( présentatif, explication.
- « a preuve » (l17) (exemples pour expliquer.
- « torture », « supplice » (l25) ( CL violence, sévices.

b) Description des mœurs des Indiens
- « à la façon » (l8) ( comparaisons, ethnographie.
- « bien traité » (l11-12) ( humanité des cannibales.
- « extrême vengeance » (l12-17) ( meurtre = rite, pratique social.

c) Notion de neutralité
- « altérées », « détournés » (l6) ( péjoratifeuropéen.
- « enterrer », « tirer », « pendre » (l17-19) ( torture = mort.
- « je » (l22-24) ( barbarie européenne.

II) Le mythe du bon sauvage
a) Eloge de la vie sauvage
- « sauvage » (l5) ( bon sauvage avec la nature.
- « plus amère que la leur » (l22) ( litote ironique, leur barbarie plus humaine.

b) Dénonciation ironique et polémiques des européens
-« je », « sauvage », « barbare » (l1) ( barbare = européen.
- « parfait » (l5) ( répétition du mot.
- l7-l10 ( CL guerre.
- « comme on pense » (l16) ( préjugés remis en cause.
- « ils pensèrent » (l20) ( dénoncer les tortures.
- « grand spécialiste » (l21) ( jugement hiérarchique.
- l25 ( indiens mieux que les portugais.

Conclusion : - Montaigne développe le mythe du bonsauvage.
- Dénoncer la colonisation, les guerres de religions.
- Montaigne est un pyrrhonien, sceptique.
( Gravure, précurseur des idées des lumières.

Montaigne, Essais, « Des Cannibales », Chap.31, Livre 1 (extrait)

En 1555 une expédition française s’établit dans la baie de Guanabara (Rio de Janeiro) dans l’intention de coloniser une partie du Brésil.Son chef, Villegagnon, fonde la « France antarctique » (que les portugais annexeront en 1559). Les Français entrent en contact avec les Tupinambras, « les Cannibales », qui pratiquent une anthropophagie rituelle. Ces Indiens sont décrits par deux membres de l’expédition, le prêtre catholique André Thevet (Les Singularités de la France antarctique, 1557) et le protestant Jean de Léry (Histoire d’unvoyage fait en la terre du Brésil, 1578). Montaigne a lu leurs récits de voyage mais il dispose aussi d’autres informations : il a rencontré des Indiens présentés à la cour à Rouen en 1562 et il a employé comme secrétaire un homme ayant séjourné dans ce pays. C’est dire l’intérêt qu’il a accordé à ces peuples, que leurs valeurs faisaient regarder comme des barbares.

Or je trouve, pourrevenir à mon propos, qu'il n'y a rien de barbare et de sauvage en cette nation, à ce qu'on m'en a rapporté ; sinon que chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage ; comme de vrai, il semble que nous n'avons autre mire de la vérité et de la raison que l'exemple et l'idée des opinions et usances du pays où nous sommes. Là est toujours la parfaite religion, la parfaite police, parfait et...
tracking img