Analyse roberto zucco " le metro"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1568 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique rédigée n°3 : la rencontre du vieux monsieur.

Introduction

La scène VI constitue une sorte de parenthèse dans la pièce : située en dehors de la trame narrative, elle
confronte Zucco à un vieil homme qui apparaît à cette occasion, qui disparaît ensuite, et ce dans un lieu
espace quasi onirique. La rencontre est l’occasion pour Koltès de présenter Zucco et une sortede double,
pour livrer au public un autoportrait très vite élargi à une définition de l’homme .

Question possible sur la scène
En quoi le passage traduit-il un regard pessimiste sur le monde ?

I) Une définition de soi entre rêve et déception

1) Une recherche identitaire basée sur la conformité

- Dans la scène, Zucco essaie de définir ce qu’il est à ses yeux propres : la premièrepersonne est
souvent associée à des verbes d’états tels que je suis un garçon normal (1), je ne suis pas un héros (8) ou
encore j’ai été un bon élève (13) dont le but est de lProxy-Connection: keep-alive
Cache-Control: max-age=0

ssimiler à la mesure et à la normalité : normal,
raisonnable (1), tranquille (3), bon élève (14-15), silencieux , attentif (22), tranquillement (24) . Bref, desqualités qui traduisent une parfaite adaptation aux normes exigées par la société.
- Mais Zucco se définit surtout par des actes à dimension socialisante, qu’ils soient passés ou futur :
j’ai fait des études (13) ; je suis inscrit à l’université (la Sorbonne) (15), demain, je
retournerai…linguistique (21). J’y serai (22). Tout ce qui fait la vie Zucco se revendique associe savoir etconformité : la réussite passée est redoublée par la réussite envisagée. Il rejette l’idée de marginalité, bref,
il rejette sa propre vie, celle d’un « héros », irrémédiablement dépréciée par la présence du sang (9-13).
- Enfin le point principal du portrait revendiqué par Zucco se trouve être la discrétion : le verbe
remarquer est exploité à de nombreuses reprises : je ne me suis jamais faitremarquer , m’auriez-vous
remarqué … ? (2) et je ne me fait pas remarquer font référence à une discrétion présentée comme étant
habituelle. La question posée tient d’ailleurs plus de la demande d’adhésion que de l’interrogation réelle.
- En fait, Zucco semble vouloir suggérer au vieil homme que sa vie est normée et régulière : la
comparaison comme un train qui traverse uneprairie…dérailler (24) l’associe à l’horizontalité, à la ligne
droite. Cette image est redoublée à travers la métaphore de l’hippopotame enfoncé dans la vase…se
déplace lentement (26). Une impression d’assise, de sûreté, d’imperturbabilité semble sous-tendue par
cette image.

2) Mais la conformité est marquée par le vide et l’inconsistance

- La personnalité rêvée par Zucco, outre la banalité qu’elleimplique, est dans ses propos teintée de
médiocrité et d’absence de relief : le lexique de l’invisibilité comprenant être transparent comme une
vitre (4) ; être invisible ; passer inaperçu[e] (10) ; invisible (22) devient très rapidement dépréciatif dans
la bouche du personnage : la double structure en chiasme entre traverser les murs et le regard des gens
vous traverse et voie les gensderrière vous associe à l’invisibilité une perte de repères stables.
- L’impression de vide et de néant est d’ailleurs très vite mise en relation avec cette idée
d’effacement : n’avoir ni couleur, ni odeur et comme si vous n’étiez pas là (5-6) réduisent très vite la vie
normale (normée) à une absence de vie : vivre normalement, sans bruit, c’est pour Zucco être un mort
vivant. Tous ceux dontl’existence obéit à ces critères sont des morts vivants : les étudiants de la
Sorbonne sont, par métaphore, des ombres dont on n’entend même pas les pas (20), la vie qu’ils mènent
est un brouillard épais (23) ; ils sont l’antithèse des voyous, des héros (19), c'est-à-dire ceux qui
échappent à cette uniformité délétère.
- Le vieil homme correspond, avant son expérience du métro (les...
tracking img