Analyse - us retail sales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1967 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------
RETAIL SALES : VENTES AU DÉTAIL

SOMMAIRE

Définition P.3
Architecture et composition de l’indicateur P.3

Analyse du dernier rapport  P.5

Environnement économique & vente au détail P.7

Conclusion P.8

Définition

Dans un intervalle de temps compris entre le 11 et le 15 de chaque mois, leDépartement du Commerce américain (« The Census Bureau of the Department of Commerce ») publie un rapport des ventes au détail synthétisant la structure et l’évolution de la consommation des ménages aux Etats-Unis, services exclus.

Cet indicateur est sujet à énormément d’attention de par sa propre nature consistant à synthétiser les habitudes de dépenses des ménages américains. L’intérêt des marchéspour cet indicateur est divers mais s’explique essentiellement par les deux raisons suivantes:

* C’est le premier rapport relatif à la consommation. Il offre un premier aperçu de l'évolution de la consommation des ménages, moteur traditionnel de la croissance américaine et représentant environ 70% du PIB, et du futur impact qu’elle peut avoir sur la croissance économique ;
* Il permetégalement de valider ou relativiser les indications de l'indice de confiance des ménages élaboré par le Conference Board.

Architecture et composition de l’indicateur

L’indicateur recense les dépenses des ménages américains au sein des magasins de ventes au détail ou, toutes choses égales par ailleurs, la somme des recettes des magasins de vente au détail aux Etats-Unis. L'enquête porte sur unéchantillon de 5.000 points de vente représentatifs de façon à répliquer les conditions d'activité de l'ensemble du secteur, soit plus de 3 millions d'entreprises. Les données sont corrigées des variations saisonnières, des jours ouvrés mais ne prennent pas en compte l’inflation (valeur nominale). Le département du Commerce détaille les ventes par type de commerce (magasins spécialisés,automobiles, électronique, alimentation, santé...). Les évolutions des ventes d'essence par les stations-service sont observées avec attention en raison de leur forte corrélation négative avec la consommation des ménages en termes réels (plus l'essence est chère, moins on consomme). Selon le Census Bureau, l'indicateur des ventes de détail est utilisé notamment par le Bureau d'analyse économique (BEA) dansle calcul du PIB et par la Réserve fédérale pour anticiper la conjoncture.

Dans un souci d’interprétation des chiffres, le rapport est élaboré puis publié de façon à pouvoir distinguer les ventes de biens durables de celles des biens non-durables. La composition de ces deux classes est schématiquement la forme suivante:

* Les biens durables (environ 40% du total des ventes au détail)dont les quatre catégories essentielles sont : véhicules à moteur, matériel de construction, ameublement et informatique. Elles représentent approximativement 80% des achats de biens durables ;

* Les biens non-durables fortement pondérés par les dépenses alimentaires (20% des ventes au détail). On trouve ensuite les achats dans les magasins à rayons multiples et les grandes surfaces"discount", qui représentent environ 1/8ème des ventes au détail.

C’est ainsi que nous pouvons estimer, de façon approximative, la part des ventes en fonction de la qualité des biens.

A l’instar de l’analyse financière, nous pouvons retraiter les données et conserver celles suffisamment significatives pour apprécier avec pertinence la conjoncture économique et son évolution. Par exemple, la natureincompressible des dépenses alimentaires en fait une information quasi-inutile dans une perspective d’appréciation de la conjoncture économique tandis qu’une augmentation de celles en biens informatiques peut être interprétée comme sous-adjacente à de la future croissance. Il est également important de garder un œil sur certains de ses composants, comme le gaz et l'alimentation, où les...
tracking img