Analyse d'oeuvres d'art

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2724 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
HISTOIRE DE L’ART
Analyses d’œuvres :
Henri MATISSE • L’atelier rouge • Formes • Icare Pablo PICASSO • Les demoiselles d’Avignon • Guernica • La vie

Analyses d’œuvres :

Henri MATISSE
• L’atelier rouge : 1911, huile sur toile, 181x219,1 cm
Dernier rouge décoratif secondaires d’abord, multipliée des abandonne et par du ses pour un tableau, « ateliers L’atelier l’éloge motifs célébrereffet son

symphoniques »,

Rembrandt, la contemplation unicité lumineuse par la seule exposition des œuvres unies a travers la couleur rouge, dans l’esprit de celui qui observe. Il réalise une nouvelle synthèse décorative avec la reprise, sous un angle différent, de la vue de son atelier , ou l’unité des espaces est désormais en charge d’absorber la diversité des histoires. Position solidementfrontale selon des axes verticaux et horizontaux, qui gouvernent la répartition des formes rondes ou angulaire, présence du mobilier et utilisation du dessin en linéaire. Le temps n’existe pas, l’horloge centrale n’a pas d’aiguilles et devient un cercle d’où rayonnent les objets vers la périphérie du tableau. On retrouve l’utilisation des trois perspectives : oblique, aérienne du côté gauche, etplate du côté droit. Braque remarquait que « la couleur est absorbée par la couleur ». Au moment même du triomphe du cubisme gris et brun au Salon d’Automne, la couleur absorbe tout chez Matisse, ne distinguant la plupart des objets que par une mince séparation en retrait. C’est l’absence de peinture, qui en laissant paraître le rapport, trace les lignes.

En doublant les objets, Matisse réunitles oppositions ; lignes droites et courbes, rectangles et ronds, peinture et dessin, métal et bois, transparence et opacité, vide et plein. Il reprend aussi des motifs utilisés pour les intégrer dans un autre décor, comme par exemple les petites fleurs bleues de l’assiette qu’on reconnaît aussi sur le tableau d’audessus. Pourtant, un objet reste solitaire : la chaise, qui symbolise la présence dupeintre, et devient l’axe autour duquel gravitent les éléments dédoublé et se construit la perspective. Matisse met du rouge partout, il est mur, sol et meubles. Bien plus, il est lumière. Si intense que l’on continue à voir cette lumière les yeux fermes. Comme dans une conclusion, les thèmes qui lui sont chers resurgissent : la nature morte, le paysage, et même les femmes, évoquées par le dessindes arabesques. Le spectateur ne peut en aucun cas rentrer dans le tableau comme l’y invitaient les peintres anciens, il se trouve alors confronte aux rectangles des tableaux qui ne dessinent plus la biographie de l’artiste mais l’universalité des sujets que celui-ci traite en une seule toile, une sorte d’abstraction qui contiendrait toutes les figures possibles. En peignant ces intérieurs «symphoniques », Matisse démontre donc que la production d’une synthèse picturale ne peut se faire en ce début de siècle que par un retrait en soi, la où la familiarité permet la communion.

• Formes : JAZZ, 1943-debut 1944, papiers gouachés découpés et collés sur papier, 44,3x67,1cm

Matisse utilise un nouveau procédé qui est la transposition par la technique du pochoir, elle est subie auxpapiers découpés que l’on ne peut reproduire autrement, et dont le résultat n’est qu’approximatif. Il applique aussi la technique de la statuaire à la substance de la peinture, et sculpte la couleur. Lui qui a maîtrisé à la fois la sculpture et la peinture, a pu oser tailler dans un bloc qui n’est plus que chromatisme. Cela lui était d’autant plus naturel, que dessiner avec une paire de ciseauxn’impliquait aucun changement notable dans l’esthétisme, il taille dans la couleur avec spontanéité , et un seul geste unit la couleur et la forme, ce qui donne des formes découpées à vif dans la couleur. Matisse dessine dans la couleur en se servant de feuilles de papier recouvertes de gouache. Il substitue les ciseaux au pinceau et au crayon. Il atteint une forme décantée jusqu'à l’essentiel avec plus...
tracking img