Analyse d'un extrai de l'ile d'huxley

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4550 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
EXPOSÉ

Aldous Huxley est un auteur britannique (né en 1894 et mort en 1963), qui assiste à toutes les horreurs des deux Guerres Mondiales, sans y participer pour cause d’une maladie grave de la vue. Il est tout au long de sa vie préoccupé par les bouleversements que connaît la civilisation occidentale au début du XXème siècle, et dès le début il écrit sur les menaces du progrès technique, etcontre la guerre et le nationalisme. Dans cette veine, il écrit en 1932 son roman le plus connu dont nous avons déjà parlé la semaine dernière : Le meilleur des mondes. Cependant, c’est aussi dans la préface de cet ouvrage qu’il parle pour la première fois d’une société possiblement idéale, sorte d’alternative au meilleur des mondes. Je cite : « Dans cette communauté, la science et la technologieseraient utilisées comme si, tel le Repos Dominical, elles avaient été faites pour l’homme, et non (comme il en est à présent, et comme il en sera encore d’avantage dans le meilleur des mondes) comme si l’homme devait être adapté et asservi à elles. La religion serait la poursuite consciente et intelligente de la connaissance du logos immanent, de la Divinité transcendante, et par là du BonheurMaximum. Et la philosophie dominante serait donc dictée par une question simple - celle qui se poserait et à laquelle il faudrait répondre, dans chacune des contingences de la vie  : « Comment cette pensée ou cet acte contribueront-ils ou mettront-ils obstacle à la réalisation, par moi-même et par le plus grand nombre possible d’individus, à la fin dernière de l’homme ? » (Cette fin dernière étantce qu’il détaillait plus haut par la connaissance du logos, de la Divinité et donc du Bonheur Maximum).
Finalement, après s’être initié à la philosophie Védanta (école de philosophie indienne qui veut atteindre à la Réalité ultime : le moka, et qui affirme l’unité du monde et de l’âme) et à la méditation, et après s’être longtemps intéressé au mysticisme, sous l’influence de nombreuses drogueshallucinatoires, c’est à la toute fin de sa vie, qu’il illustre cette possibilité de société future plus idéale, au travers d’un roman utopique : île, en 1962.

On peut se demander pourquoi un auteur si soucieux du futur de notre société et de son développement, voir pessimiste en ce qui concerne l’avenir du monde humain, finirait-t-il sa vie en écrivant une utopie ? De fait, Huxley reste fidèle àlui-même et pose dès le début du livre la question de l’avenir de cette société parfaite (qui se nomme Pala et se situe sur une île au large de l’Inde). Car Aldous Huxley écrit (et inscrit) cette utopie au moment où la Guerre Froide, est à son paroxysme (crise de Cuba en 1962). Il pose donc la question de l’avenir d’une telle société, et du sort d’une troisième voie effectivement meilleure que lesdeux autres ? Il ne faut pas oublier qu’à cette époque, la qualité de vie est un argument de propagande important, de part et d’autre du rideau de fer. (Et il ne faut pas oublier non plus qu’une troisième voie apparaît effectivement dans cette région de l’Océan indien, notamment à la conférence de Bandung en 1955, avec l’émergence du Tiers Monde, et de l’idée de non-alignement). Mais, lesallusions au contexte de Guerre Froide étant relativement rares tout au long du roman, et étant donné le caractère actuel de la vision qu’a Huxley du monde, on peut dire que d’une façon plus générale, il introduit la description de cette société utopique par la question de sa pérennité dans un monde comme le nôtre, toujours plus mondialisé. C’est exactement de cela que traite notre extrait qui se situeau chapitre V et à la page 92. Mais, avant de l’analyser, je vais prendre un tout petit peu de temps pour vous expliquer l’histoire du roman, et vous décrire brièvement l’Utopie palanaise.

Le personnage principal de ce roman est un journaliste londonien du nom de Will qui échoue à Pala dans le but de comprendre cette société renfermée sur elle-même. Il est recueillit par le Dr. Andrew Mac...
tracking img