Analyse d'un meuble chinois en bois laqué

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 41 (10135 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TABLE BASSE LAQUEE INCRUSTEE DE NACRE, DYNASTIE MING
Pôle d’expertise : Arts Extra-européens Arts de la Chine

INTRODUCTION
Le présent dossier propose d’analyser un meuble chinois de la fin de la dynastie Ming (1368-1644). Il s’agit d’une petite table basse laquée noire présentant un décor en incrustation de nacre. La période Ming est qualifiée d’ « Age d’or » du mobilier chinois. Plusieurstypes de meubles ont été produits pendant cette époque, dont ceux en huang huali, les plus célèbres. Ce dossier se construit un peu à la manière d’une fiche d’expertise, dans la mesure où j’ai tenté de compléter les informations des grandes maisons de vente (Christie’s et Sotheby’s), trop souvent lacunaire. Un bref retour sur l’histoire du meuble en Chine et sur la période Ming servira de baseavant d’aborder la description détaillée de la table, du point de vue technique mais aussi iconographique, son usage, son état de conservation, à comparer avec son état d’origine, son degré de restauration, les restaurations supplémentaires s’il y a lieu, et les méthodes de conservations optimales. Enfin nous conclurons sur une estimation de la valeur de ce meuble, en se basant sur des résultats devente d’autres pièces comparables.

I. CONTEXTE GENERAL
1.1. Provenance
La table dont il est question a été vendu par Sotheby’s Paris durant la vente « Asian Art » du 18 décembre 2009, sous le lot n° 106. Sotheby’s ne mentionne aucune provenance particulière.

1.2. Petit historique du mobilier chinois
Si le Néolithique voit la naissance de l’assemblage cheville-mortaise, c’est à partirl’époque des Han de l’Est (25 à 220 de notre ère) que l’on peut commencer à s’intéresser mobilier chinois. En effet, jusque-là, il n’était réduit qu’à quelques éléments : nattes vannerie et marmites (qui deviendront les ding en bronze des Shang). On parle alors dunjuren, « homme vivant accroupi au sol ». de au en de

Avec la Royauté, les conventions de bienséances impliquent la posture guizuoren, «homme assis sur les talons ». Un large éventail de meubles bas se développe : couches, coffres, appui-bras et des plateaux dont il ne subsiste que de rares vestiges en bois laqué. On dort le plus souvent encore sur une natte mais le kang, un lit en terre cuite, apparait. L'usage des lits et des banquettes se répand après la période des Royaumes Combattants. Sous les Han arrivent le tabouret et lachaise haute dite « barbare », qui se généralisera à la fin des Tang, au 10e siècle. On trouve surtout des tables basses laquées, rouge ou noire, décorées d’animaux très stylisés ou d’un motif en forme de virgule à tête enroulée typique des Han. S’ensuit une période de troubles pour la Chine, qui va durer environ 400 ans, jusqu’à l’avènement des Sui à la fin du 6e siècle de notre ère. Avec l’arrivéedu bouddhisme (Buddha est assis sur une plateforme surélevée et non sur un simple tapis) on adopte un siège honorifique pour les invités spéciaux, dignitaires ou officiels, généralement lors des cérémonies. Une version plus longue sera ensuite utilisée pour s’allonger et évoluera en lit et lit de repos. Sur le rouleau du peintre Gu Kaizhi (345-411) intitulé « La nymphe de la rivière Lo », on peutvoir l’un de ces meubles représenté en peinture pour la première fois.
4

Pendant ce temps, la posture évolue aussi : on s’assoit indifféremment en jiju, c’est-à-dire assis en tailleur les jambes repliées sur le siège, le lit ou l’estrade, ou en chuijiaozuo, les jambes pendantes. Un détail du rouleau de Gu Hongzhong (907-960), « Banquet nocturne chez Han XiZai », illustre ces deux façons des’asseoir. Tissus, tentures ou coussins recouvraient toujours les meubles lors des occasions plus formelles. Outre le confort, ils étaient aussi décoratifs ou mettaient en évidence la richesse et le luxe de l’hôte. L’âge d’or de la Chine a lieu pendant les Dynasties Sui (581/589-618) et surtout Tang (618-907). Le siège haut est désormais appelé « siège croisé » (c’est souvent un pliant) et...
tracking img