Analyse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1995 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Vingt-quatre heures de la vie d’Une femme de Stefan Zweig
" Jamais encore, je n’avais vu un visage dans lequel la passion du jeu jaillissait si bestiale dans sa nudité effrontée.... J’étais fascinée par ce visage qui, soudain, devint morne et éteint tandis que la boule se fixait sur un numéro : cet homme venait de tout perdre !....Il s’élança hors du Casino. Instinctivement, je le suivis…Commencèrent alors 24 heures qui allaient bouleverser mon destin ! " 
Ce double récit de Stefan Zweig débute en 1904 dans une petite pension de la Riviera où séjournent quelques personnes bien nées. Le narrateur évoque dans quelles circonstances Madame Henriette, l’une des clientes, s’est enfuie avec un jeune homme qui n’avait pourtant passé là qu’une journée. Tout juste la jeune femme a-t-elle laisséune lettre à son mari pour expliquer son acte. Un scandale éclate dans la pension. Chaque pensionnaire y va de son propos acerbe pour critiquer l’attitude inqualifiable d’Henriette. Il n’y a guère que le narrateur pour tenter de comprendre le comportement de cette "créature sans moralité ". Il y a aussi Mrs C., une vielle dame anglaise, qui pose beaucoup de questions au narrateur. Mrs C. se décidealors de confier au narrateur quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez elle.
Mrs C. avait alors quarante deux ans et avait perdu son mari deux ans auparavant. Elle décide de se rendre à Monte Carlo et fréquente alors les casinos. Elle aime à examiner les mains des joueurs. Ces gestes qu’elle observe lui permettent de comprendre leur personnalité sans même avoir à regarder leurvisage.
Un jour, elle est fascinée par des mains magnifiques. Elle ne peut résister. Elle regarde alors ce joueur et découvre un beau jeune homme d’environ vingt quatre ans. Il semble totalement anéanti car il vient de perdre tout son argent. Mrs C. l’imagine songeant au suicide. Elle décide alors de l’aider. Elle se prend d’affection pour ce jeune homme dévoré par la passion du jeu et voué àl’autodestruction. Pour la première fois depuis la mort de son mari, elle éprouve à nouveau des sentiments. Cet épisode de sa vie ne dure que vingt quatre heures. Et si cette passion foudroyante n’eut pas l’issue heureuse qu’espérait Mrs C.…, elle n’en demeure pas moins un moment décisif de son existence…

  Analyse : Cette nouvelle est construite par un récit encadré. Le premier étant un récit de départ(début et fin de la nouvelle) qui se déroule à la pension de la Riviera, puis le second relatant les vingt-quatre heures de Mrs C. Ces vingt-quatre heures bouleverseront Mrs C. ; elle est veuve et cette rencontre, au casino, de ce jeune homme polonais. Nous ne saurons pas son nom, comme si l’auteur voulait respecter l’anonymat des deux protagonistes. On remarque aussi que la première partie durécit est séparée de la deuxième dans la construction du livre. On a l’impression de changer de chapitre. Il y a aussi ce même changement dans le récit quand Mrs C. passe à un autre moment des vingt-quatre heures.
        Tout au long du récit se développent deux passions, tout d’abord celle du jeu puis celle de l’amour. Des ambiguïtés naissent entre les deux personnages, tantôt Mrs C. est la mère(quand elle sauve le jeune homme de la noyade), tantôt l’amante/une femme/l’amie (lors de la promenade en « voiture »). Ses sentiments sont confus, et elle est elle-même perdue. En ce qui concerne la passion du jeu, le jeune homme est près de se donner la mort après avoir tout perdu au casino. Mrs C. veut l’aider et lui donne de l’argent pour rentrer dans sa famille, mais ce dernier ne pourra passe retenir d’aller au casino jouer cet argent, malgré sa promesse. Cette ambiguïté dans les sentiments est le reflet de l’écriture de Stephan Zweig, qui traite ce sujet dans d’autres écrits.
        On peut également effectuer un parallèle avec la psychanalyse de Freud qui se développe à la même époque, puisque ici le narrateur joue le rôle du psychanalyste en écoutant les confessions de Mrs...
tracking img