Analyser une situation selon kant hume et l'utilitariste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1501 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans le cadre du cours d’éthique, nous devons analyser une question. Notre question est la suivant : « Je patrouille avec mon partenaire de nuit et nous arrêtons une personne pour « Facultés affaiblies » l’individu fait partie de ma famille. Est-ce que je garde la bonne relation avec ma famille en laissant passer cet acte sans donner de conséquence au coupable, ou si je garde la confiance de monpartenaire de travail en traitant le coupable comme sil serait un individu de la société, sur le même pied d’égalité que tout les autres. »

Selon l'Utilitariste :

Tout d’abord, l’éthique utilitariste est d’accord avec le fait de poser un acte si et seulement si le nombre de personnes heureux est plus important que le nombre de personnes malheureuses. Dans l’utilitariste, on juge une actionsur ses conséquences, si les conséquences sont négatives alors l’action sera considérée comme mauvaise et vice versa. Pour la question de respect, on considère que tout être sensible au plaisir et à la souffrance a droit au respect, par exemple les animaux ont droit au même respect que tout être humain. Dans l’utilitarisme, On ne tient pas compte de l’intention d’une personne, tout ce qui estimportant ce sont les conséquences de l’acte de cette personne. Pour calculer les plaisirs, il suffit de se demander combien on serait prêt à payer pour ceux-ci, par exemple s’il faut choisir entre deux plaisirs, il faut prendre celui pour lequel on serait prêt à payer le plus cher. L’utilitarisme a de la difficulté avec le respect des droits de la personne puisqu’à des questions comme le viol est-ilinadmissible en tout temps? Ou encore peut-on utiliser des malades comme cobaye sans les consulter si cela permet de sauver un grand nombre de gens? On ne peut répondre par un non absolu, il faut d’abord regarder si ces actes apportent plus de bonheur à plus de personnes que de malheur et si la réponse est oui, alors on n’a pas le choix, selon l’utilitarisme, de répondre oui à ces questions.Pour ce qui est de notre problématique, selon l’utilitarisme, je devrais laisser partir la personne, puisque si je l’arrête cela causera plus de gens malheureux que de gens heureux. En l’arrêtant, cela rendrait la personne et toute ma famille malheureuse, tandis que si je la laisse partir, tous ces gens seront heureux et personne à part mon partenaire ne saura jamais ce qui c’est passé. Le principede l’utilitarisme c’est le plus grand bonheur au plus grand nombre et en suivant ce principe, on se rend compte qu’il faut absolument laisser la personne partir. Tout cela est un raisonnement digne de l’utilitarisme de l’acte où il est important de regarder les conséquences d’un acte avant de le poser, bref on n’a pas à suivre de règles préétablis, car cela dépend de la situation à laquelle on estconfronté. Pour ce qui est de l’utilitarisme de la règle, il faudrait arrêter la personne en état d’ébriété, puisque selon l’utilitarisme de la règle, il faut suivre toutes les lois et règles, cela ne dépend aucunement de la situation, il faut seulement poser un acte si il respecte les lois mis en place, mais vu que l’utilitarisme tient compte du bonheur du plus grand nombre et des conséquences,je devrais laisser partir le membre de ma famille.

Selon Kant:

Tout d’abord, pour Kant il est de mon devoir de procéder à l’arrestation du membre de ma famille. En effet, même si cette action va avoir des répercutions sur ma relation avec ma famille, je dois selon ce philosophe respecter la loi. Pour Kant, il faut se poser les questions suivantes : « Qu’est-ce que je dois faire ? » et « Quelest mon devoir ? ». Dans cette situation, un policier n’a pas de pouvoir discrétionnaire et doit exécuter la loi. Par conséquent, il est de son devoir de procéder à son arrestation indépendamment du fait que l’individu fait partie de sa famille.
Pour Kant, même si le policier à des sentiments envers la personne qui a commis une infraction criminelle, il doit faire son travail et suivre les lois...
tracking img