Analyses des sujets de dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1906 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 septembre 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse des sujets de dissertations.



« La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert », Malraux.

Forme passive déguisée, les deux verbes sont symétriques, s’opposent absolument. Hériter : situation passive et induit la bienveillance / Conquérir : active, militaire, agressivité, conflit.
Antagonisme. Transmission intergénérationnelle, contrainte et forcée ou coule d’elle-même.
Opposition :négation, suivie d’une affirmation. La négation conteste une idée reçue, et se positionne en affirmant le contraire. On pourrait commencer la phrase par « contrairement aux idées reçues ». Malraux désigne comme une illusion l’héritage. Reste à donner la définition de culture : notion double -> quand on est ministre de la culture on s’intéresse à la partie savante, la partie qui s’acquiert par unapprentissage. Deuxième dimension : sociétale, collective, qui dépend du milieu. On désigne des repères implicites et qui sont caractéristiques d’un groupe. La question est de savoir si, dans les deux cas de figure, c’est quelque chose que l’on reçoit ou si c’est quelque chose que l’on s’approprie. Est-ce que d’une génération à l’autre il faut se démarquer ou plutôt est-ce que cela rapproche.Critère de différenciation ou critère d’appartenance.

« On ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments », André Gide.

Ce qu’il faut voir ici, c’est que l’adjectif « bon » n’a pas le même sens dans les deux expressions. Une « bonne » littérature existe, mais aussi une mauvaise, mais on ne sait pas quels sont ses critères. On suppose qu’elle soit réussie, valable, de qualité, peu importequi juge et sur quels critères. Les « bons » sentiments sont une catégorie morale. Montrer une sorte de bienveillance, être consensuel. Bons sentiments -> ce qui est bien, jugement de valeurs, qualification morale et éthique.
Gide se place en producteur, en fabriquant « faire » -> processus et pas style. « Passion » -> même racine que pathos, quelque chose qui détruit, tellement violent quiéclipse le reste de notre vie. Les récits où il n’y a pas de hauts et de bas etc… illisible. Il faut en fait que l’autre ait un peu de mauvaises intentions, va appuyer là où ça fait mal, montrer quelque chose de scandaleux, de vulgaire. Accepter que l’autre soit là pour gêner, pas de trop bonnes intentions.

« La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens »,Daniel Pennac.

Paradoxe : difficulté à accommoder « nous abstraire du monde » et « lui trouver un sens ». La lecture se définit par rapport au monde qu’elle instaure. La lecture intervient comme un média entre le lecteur et le monde. Pennac porte un jugement, le terme vertu est à prendre dans un sens général, « qui apporte un bienfait ». Mais ce regard bienveillant est directement nuancé parl’adjectif paradoxal. On va devoir mesurer le degré de possibilité de la combinaison. Tout dépend du jugement qu’on porte sur le terme « paradoxal ». « S’abstraire du monde », prendre du recul, mouvement qui permettrait de voir avec plus de discernement. Jacqueline de Romilly -> étudier les langues anciennes, grecque notamment, permettent d’appréhender notre civilisation avec plus de recul.« S’abstraire » -> sens physique, sortir de… L’idée est qu’il est mieux d’être à l’extérieur plutôt qu’au cœur des choses pour les comprendre. L’expérience déboucherait sur un constat d’absurdité, alors que la lecture permettrait de trouver du sens. Un problème que pose la citation : comment s’abstraire du monde ? Le monde au sens large ? Est-ce que lire, c’est vraiment s’abstraire ? Est-ce que lire n’est pasune expérience comme une autre ?

« La culture c’est l’implicite de la conversation », Todorov.

Conversation n’est pas un usage savant du langage, suppose plusieurs interlocuteurs. Implicite comporte un degré d’évidence qui n’a pas besoin d’être explicité.
Culture : savante et sociale. Il y a bien l’idée de communauté, de repère commun, formation de la personne.
Non pas un ensemble...
tracking img