Analyses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (429 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Intro :
Charles Baudelaire, poète français du XIXème siècle, occupe une place centrale dans la poésie française du 19e siècle. En 1857, Baudelaire a écrit «Une charogne». Ce poème, extrait ducélèbre recueil les fleurs du mal, présente une description macabre du cadavre et surtout, connue par l’horreur qu’il dégage. La conception de la beauté poétique chez Baudelaire et Hugo n’est pas relatée dela même façon dans les deux textes que nous analysons présentement. Décrire une charogne en termes poétiques est un exercice auquel Baudelaire s’est prêté comme nul autre ne l’aurait fait. Regarder lamort, la contempler de près et penser à quoi on va ressembler plus tard. Mais aussi accepter son destin si humblement que le Baudelaire dans son poème.
126mots

En fait, Charles Baudelaire dans«Une charogne» songe à la fin de ses jours, au jour de sa mort. La charogne reflète sa propre destinée et celle de chacun d’entre nous.
Pour rendre cette réalité un peu plus tolérable, il parle à sonâme, et essaie de faire sortir de belles métaphores d’une situation très laide.
«Tout cela descendait, montait comme une vague, ou s’élançait en pétillant; On eût dit que le corps, enflé d’un soufflevague, vivait en se multipliant». On dirait que Baudelaire veut se donner un espoir de vie même après la mort, en songeant que de son cadavre, plusieurs espèces naîtront.

Victor Hugo, en revanche,fait naître la vie, évidemment au printemps, la saison du renouveau et de la renaissance de la nature. Il parle de la procréation éternelle de la nature et ici, représentée par l’hirondelle, l’emblème duprintemps. Cette hirondelle innocente qui apporte le beau temps et qui cherche à faire son nid, donc à faire une nouvelle vie, là où l’homme ne songe plus aller, où l’homme a déjà vécu et usé cetespace dont il ne veut plus rien savoir.

«L’hirondelle au printemps cherche les vieilles tours, débris où n’est plus l’homme, où la vie est toujours» Elle bâtit sa nouvelle vie dans les places...
tracking img