Animaux malade de la peste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (440 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse littéraire

C'est dans un genre qui est la fable qu'excelle Jean de Lafontaine. Il se sert d'animaux pour faire réfléchir ses contemporains sur la morale qui a cours dans leur société. Ilest dans une époque Classique , puis c'est dans son septième livre publié en 1694 qu'on peut retrouver la fable sur laquelle on va parler dans ce texte : Les animaux malade de la peste. Dans notresociété, le jugement que l'on porte sur les actes d'un accusé est influencé par par sa situation sociale et c'est ce que nous dénonçons. Après avoir rédigé un bref résumé du texte en question, nousanalyserons le tout.
Résumé déjà fait!

La situation sociale fait-elle la différence lorsqu'on accuse quelqu'un. Dans la fable ci-contre, on se rends bien compte que oui. Premièrement, les animaux lesplus puissants sont vite disculper de leur crime. Dans le vers 37-38 lorsque le lion qui est en fait le chef de la meute, avoue ses crimes bien le renard lui convint les autres animaux lui pardonner,que selon lui ce n'est pas grave qu'il est fait cela. C'est dans le la phrase suivante qu'on voit en mots ce que nous venons d'expliquer. […]Vous leur fîtes seigneur/[e]n les croquant beaucoupd'honneur.
Dans notre deuxième preuve on va pouvoir se rendre compte qu'il en va de même pour les autres puissance du pays des animaux. On n'osa trop approfondir/ [d]u Tigre, ni de l'Ours, ni des autrespuissances/[l]es moins pardonnables offenses.(v 44-45)
Par la suite analysons davantage la partie de la fable où l'âne est sacrifié. Si nous vous mettons cette extrait : Je tondis de ce pré la largeur dema langue(v 53.) Quand dite-vous? Nous on c'est rendu compte que l'âne était très naïf d'avoir cru et de s'avoir laissé condamnée pour un crime qu'On ne peut même pas appelé crime, on peut dire quec'est un animaux sans défense. Donc on voit bien que la situation sociale influe vraiment sur une sentence donné a un accusé.

En conclusion, la fable <Les animaux malades de la peste>, de...