Antarctique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3477 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Les mondes arctiques, une nouvelle frontière sur notre planète » Stage « nouveaux programme 2nde »

* La première participation de la France, à titre d’observateur et à un niveau ministériel avec Michel Rocard et Pierre Lellouche, à une réunion du Conseil de l’Arctique qui se tiendra à la fin du mois de mai 2010 à Copenhague [accroche possible entretien de M. Rocard] [(instance de coopérationcircumpolaire, créé en 1996, avec comme membre Etats-Unis, Canada, Russie, Islande, Danemark, Suède, Norvège, Finlande). Paris a mis en avant ses installations scientifiques dans la région pour se faire accepter. Représentants : Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Michel ROCARD, ambassadeur chargé de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique(sur proposition du ministre des affaires étrangères et européennes, cette nomination est intervenue lors du Conseil des Ministres du 18 mars 2009)],

* La publication du rapport WWF « Les rétroactions du climat en Arctique : implications mondiales », 02/09/2009 qui explique que le réchauffement de l’Arctique menace un quart de la population mondiale,

*Le drapeau en titane inoxydable planté parles Russes à la verticale du pôle Nord... à 4 261 mètres de profondeur lors de l’expédition « Arctique 2007 »,

Montrent l’importance aujourd’hui de l’Arctique pour nos sociétés,

* espace longtemps mythique et marginalisé, terrain d’explorations et d’études scientifiques (grands explorateurs comme le néerlandais William Barents fin XVIe, ou le danois Vitus Bering dans la première moitié duXVIIIe, et au XXe le norvégien Road Amundsen (1906), l’américain Robert Peary (1909) ou les Français Jean-Baptiste Charcot (début XXe) et Paul-Emile Victor (1948-1953 au Groenland). Cette aventure polaire a été une épopée littéraire sans égale dans l’histoire de l’exploration géographique du monde (cf la passion (nourrie de romanesque, de géographie et d’ethnologie) des Français pour les pôles(singularité géographique française)) qui a contribué à forger la représentation de ce territoire de hautes latitudes (le Grand Nord) et des sociétés autochtones : l’apprentissage du Nord a été occidental, le savoir demeure autochtone (légitimité écologique).

* comme enjeu planétaire dans différents domaines (environnemental, économique, stratégique, humain,…).

1. Définition de l’espaceconsidéré : la « région de l’ours »

| |[pic] |
| | |
|Le nom Arctique vient du grec ancien ἄρκτος (árktos) qui signifie||
|ours en référence à l'ours polaire, dont la présence dans cette | |
|région était déjà connue des géographes de la Grèce antique. Les | |
|noms des constellations de la Grande Ourse et de laPetite Ourse,| |
|situées près du pôle nord céleste y font également référence. | |

Région située au nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire arctique (66°34’ de latitude nord). Cela comprend :
- l’océan arctique (le plus petitocéan du globe) dont une partie est gelée en permanence : 13 millions de km2
- le nord des terres qui l’entourent. La limite peut alors être discutée : cercle polaire, limite des arbres ou celle du pergélisol ? Le plus couramment admis est la ligne de Köppen (température inférieure à 10°C durant le mois le plus chaud, juillet), en gros celle du passage de la taïga à la toundra
En tout,...
tracking img