Anthologie apollinaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3366 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Anthologie

Alcools , Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire, de son vrai nom Wilhelm Albert Włodzimierz Apolinary de Wąż-Kostrowicki est né le 26 août 1880 à Rome, d'une mère polonaise et d'un père italien, qui ne le reconnaîtra pas, tout comme son demi-frère Alberto Eugenio Giovanni . Il sera grievemment bléssé le 17 mars 1916 d'un éclat d'obus dans la tempe et décedera le 9novembre 1918, affaibli par sa blessure, de la grippe espagnole. Guillaume Apollinaire sera l'un des plus grand poètes Français du XX ème siècle, il inventera les calligrammes, sera un grand partisan du cubisme, au coté de son ami Picasso, et il sera le précurseur du surréalisme dont il a inventé le nom.
Son recueil ,Alcools , est composé de 53 poèmes allant de « Zone » ,à « Vendémiaire », en passantpar « Annie » ou encore « Automne ». Ce recueil sera le résultat de son travail poétique de 1898 à 1913, sa date de parution.

Mon corpus est composé de 10 poèmes, classés dans l'ordre suivant :
« La chanson du mal-aimé »
« Les colchiques »
« Le pont Mirabeau »
« Mai »
« Marie »
« Annie »
« Clotilde »
« Zone »
« La blanche neige »« L'adieu »

J'ai choisi ces 10 poèmes car il révèlent tous un même thème : Les amours perdus d'Apollinaire.

La chanson du Mal-aimé

à Paul Léautaud.                             Et je chantais cette romance                             En 1903 sans savoir                             Que mon amour à la semblance                             Du beau Phénix s'il meurt unsoir                             Le matin voit sa renaissance.Un soir de demi-brume à LondresUn voyou qui ressemblait àMon amour vint à ma rencontreEt le regard qu'il me jetaMe fit baisser les yeux de honteJe suivis ce mauvais garçonQui sifflotait mains dans les pochesNous semblions entre les maisonsOnde ouverte de la Mer RougeLui les Hébreux moi PharaonQue tombent ces vagues de briquesSi tu ne fus pas bien aiméeJe suis lesouverain d'ÉgypteSa soeur-épouse son arméeSi tu n'es pas l'amour uniqueAu tournant d'une rue brûlantDe tous les feux de ses façadesPlaies du brouillard sanguinolentOù se lamentaient les façadesUne femme lui ressemblantC'était son regard d'inhumaineLa cicatrice à son cou nuSortit saoule d'une taverneAu moment où je reconnusLa fausseté de l'amour mêmeLorsqu'il fut de retour enfinDans sa patrie le sageUlysseSon vieux chien de lui se souvintPrès d'un tapis de haute lisseSa femme attendait qu'il revîntL'époux royal de SacontaleLas de vaincre se réjouitQuand il la retrouva plus pâleD'attente et d'amour yeux pâlisCaressant sa gazelle mâleJ'ai pensé à ces rois heureuxLorsque le faux amour et celleDont je suis encore amoureuxHeurtant leurs ombres infidèlesMe rendirent si malheureuxRegrets sur quoil'enfer se fondeQu'un ciel d'oubli s'ouvre à mes voeuxPour son baiser les rois du mondeSeraient morts les pauvres fameuxPour elle eussent vendu leur ombreJ'ai hiverné dans mon passéRevienne le soleil de PâquesPour chauffer un coeur plus glacéQue les quarante de SébasteMoins que ma vie martyrisésMon beau navire ô ma mémoireAvons-nous assez naviguéDans une onde mauvaise à boireAvons-nous assezdivaguéDe la belle aube au triste soirAdieu faux amour confonduAvec la femme qui s'éloigneAvec celle que j'ai perdueL'année dernière en AllemagneEt que je ne reverrai plusVoie lactée ô soeur lumineuseDes blancs ruisseaux de ChanaanEt des corps blancs des amoureusesNageurs morts suivrons-nous d'ahanTon cours vers d'autres nébuleusesJe me souviens d'une autre annéeC'était l'aube d'un jour d'avrilJ'ai chantéma joie bien-aiméeChanté l'amour à voix virileAu moment d'amour de l'année

Ce poème reflète bien les amours perdus d’Apollinaire, en effet, à plusieurs reprise l'auteur exprime sa mélancolie,ses regrets. Vers 16-17 «  Que tombent ces vagues de briquesSi tu ne fus pas bien aimée » , par cette phrase, Apollinaire nous fait ressentir un mélange d'amertume et de nostalgie pour...
tracking img