Anthologie rimbaud sur la jeunesse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5158 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Arthur Rimbaud (1854 – 1891) est le cadet d’une famille de quatre enfants. Son père abandonne sa famille quand Rimbaud était âgé de 6 ans. Il reçoit alors une éducation catholique sévère de sa mère, femme qui n’a jamais été épargné par les cruautés de la vie. Elève brillant, il débute très tôt de rédiger des poèmes : il commencera de les faire publier à l’âge de 16 ans. Très vite, on se rendcompte que Rimbaud a un gout immense pour la révolte et l’aventure. A partir de ses 16 ans, il multiplie les fugues et dira lui-même : « Je suis esclave de mon baptême. Parents, vous avez fait mon malheur et vous avez fait le vôtre ».

Au cœur de son siècle, Rimbaud s’inspire de la guerre opposant la France à l’Autriche pour écrire certains de ses poèmes, mais surtout de son grand désir de liberté.Vers 1975, à la fin de sa liaison avec Verlaine, il s’engage dans les troupes coloniales.

Rimbaud appartient au symbolisme, mouvement né en réaction contre le réalisme et le parnasse. Les symbolistes préfèrent « suggérer sans nommer », s’appuyer sur leurs sentiments plus que sur des faits concrets. Rimbaud est considéré comme l’un des « chefs de file » du mouvement symboliste, aux côtés deVerlaine, Baudelaire et Mallarmé. Cependant, Rimbaud voulait imiter les parnassiens (il cherche à faire publier ses premiers poèmes dans le Parnasse contemporain) qui sont à l’opposé du symbolisme. Il se peut donc que le poète fasse parti de l’un de ces « inclassables ».

Le choix d’écriture poétique de Rimbaud réside souvent dans des poèmes autobiographiques (« Ma bohème », « les poètes de septans », « au cabaret vert »), qu’on peut facilement démasquer si on compare la date à laquelle ils ont été écrit à la vie de l’auteur à cette période. Il inscrit souvent ses poèmes dans un registre lyrique puisqu’il parle avec le cœur. Ses valeurs sont celles de la liberté, du désir de voyage, de l’insouciance et de la jeunesse. Il utilise souvent des rejets, et illustre souvent ses poèmes avec deséléments de la nature (« Ophélie », « Ma Bohème », « le dormeur du Val ») pour les rendre plus poignants. Enfin, une des caractéristiques des poèmes de Rimbaud réside dans le fait qu’il n’hésite pas à mêler des expressions soutenues avec des expressions plus familières (« Au cabaret-vert »).

Ce recueil se concentre sur la conception qu’avait Rimbaud de la jeunesse. En effet, cet adolescentrebelle était très bien placé pour parler de la jeunesse, puisque quand il a écrit les poèmes présents dans ce recueil, il était âgé de 15 à 18 ans. Les plus célèbres de ses poèmes ont été écrits durant cette période, qui a été la plus créative de la vie du poète.
Autrement dit, comment cet enfant rebelle représente-il la jeunesse à travers ses poèmes ?

Les poèmes sélectionnés sont classés selon unordre précis, car le thème de la jeunesse se découpe chez Rimbaud en deux grands thèmes : la condition de la jeunesse de son époque et la découverte de l’amour à l’adolescence. De plus, le classement de ces poèmes montre l’évolution possible - ou non - de ces jeunes. En effet, certains, comme Rimbaud, auront la possibilité de continuer à grandir, et de passer de l’état de “Bohème” à une “premièresoirée” amoureuse. D’autres jeunes n’auront pas cette possibilité à cause de facteurs comme la pauvreté (“Les effarés”), le suicide (“Ophélie”) ou encore la guerre (“le dormeur du Val”).

Les poètes de sept ans (1871)
Et la Mère, fermant le livre du devoir,
S'en allait satisfaite et très fière, sans voir,
Dans les yeux bleus et sous le front plein d'éminences,
L'âme de son enfant livrée auxrépugnances.

Tout le jour il suait d'obéissance ; très
Intelligent ; pourtant des tics noirs, quelques traits
Semblaient prouver en lui d'âcres hypocrisies.
Dans l'ombre des couloirs aux tentures moisies,
En passant il tirait la langue, les deux poings
A l'aine, et dans ses yeux fermés voyait des points.
Une porte s'ouvrait sur le soir : à la lampe
On le voyait, là-haut, qui râlait...
tracking img