Anthologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2397 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le déserteur
Chanson de Boris Vian, 1954, contre la guerre d'Indochine.
Monsieur le Président,Je vous fais une lettreQue vous lirez peut-êtreSi vous avez le tempsJe viens de recevoirMes papiers militairesPour partir à la guerreAvant mercredi soirMonsieur le PrésidentJe ne veux pas la faireJe ne suis pas sur terrePour tuer des pauvres gensC'est pas pour vous fâcherIl faut que je vous diseMadécision est priseJe m'en vais déserterDepuis que je suis néJ'ai vu mourir mon pèreJ'ai vu partir mes frèresEt pleurer mes enfantsMa mère a tant souffertElle est dedans sa tombeEt se moque des bombesEt se moque des versQuand j'étais prisonnierOn m'a volé ma femmeOn m'a volé mon âmeEt tout mon cher passéDemain de bon matinJe fermerai ma porteAu nez des années mortesJ'irai sur les cheminsJe mendierai mavieSur les routes de FranceDe Bretagne en ProvenceEt je dirai aux gens:Refusez d'obéirRefusez de la faireN'allez pas à la guerreRefusez de partirS'il faut donner son sangAllez donner le vôtreVous êtes bon apôtreMonsieur le PrésidentSi vous me poursuivezPrévenez vos gendarmesQue je n'aurai pas d'armesEt qu'ils pourront tirermonsieur prudhomme,
(paul verlaine)
Il est grave : il est maire et pèrede famille. Son faux col engloutit son oreille. Ses yeux Dans un rêve sans fin flottent insoucieux, Et le printemps en fleur sur ses pantoufles brille.

Que lui fait l'astre d'or, que lui fait la charmilleOù l'oiseau chante à l'ombre, et que lui font les cieux,Et les prés verts et les gazons silencieux ?Monsieur Prudhomme songe à marier sa fille.
Avec monsieur Machin, un jeune homme cossu,Ilest juste-milieu, botaniste et pansu.Quant aux faiseurs de vers, ces vauriens, ces maroufles,
Ces fainéants barbus, mal peignés, il les a Plus en horreur que son éternel coryza, Et le printemps en fleur brille sur ses pantoufles.

Sous Cloche

Couloirs lisses et tapis qui glissent
tout brille au poil dans la zone idéale,
des bonnes aux services de police
le monde vous sourit à pleines dentsLoréal

Les bornes chuintent en silence
pas de plaintes ni de violences
ici le monde est en vacances

Dans ce ballet pas si désordonné
ponctué d’annonces vocales désincarnées
tout se croise sans s’arrêter
dans la valse des départs et arrivées

Les vols défilent en cadence
pas de trous dans la danse
ici le monde entier se dépense

Des shops détaxés aux halls cathédrales
tout lemonde est en vitrine
pour s’offrir au commerce infernal
et se gorger de ses produits de latrines

Les sodas récurent les panses
pas de corps qui sentent le rance
ici un monde pur se repense

Caméras et contrôles de sécurité
quadrillent la zone climatisée
rien ne doit venir déranger
l’ordre des clones et des publicités

Des salons d’attentes aux cabinets d’aisance
chacun lâche sonexistence
bercé de douces musiques d’ambiance

Les corps morts parfois s’agitent suite aux sonneries portables
...et évacuent leur joie à l’autre bout du monde
les bouches émettent des sons en appels multilingues
...qui se perdent dans le dédale des ondes
les doigts tapotent hypnotiques des touches multicolores
...pour les rares caresses de leurs vies infécondes
les yeux s’allument pour unemarchandise bien emballée
...qu’ils désirent au moins quelques secondes

Les modes branchées sont la loi
pas de vieux de mauvais aloi
ici le monde est éternelle joie
 
Unifiés dans l’uniformité mondiale
mis hors du temps et du climat
les clients déambulent réjouis sans trauma
en joyeux zombis du moderne graal

Bienvenue dans notre monde idéal
celui des gestes inutiles entre deux cacascelui de l’attente immobile entre deux gestes d’achats. David myriam

Déjeuner du matin
Il a mis le café Dans la tasse Il a mis le lait Dans la tasse de café Il a mis le sucre Dans le café au lait Avec la petite cuiller Il a tourné Il a bu le café au lait Et il a reposé la tasse Sans me parler
Il a allumé Une cigarette Il a fait des ronds Avec la fumée Il a mis les cendres Dans le...
tracking img