Anthologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1173 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mes chers Amis lecteurs, il y a bien longtemps quelques hommes sont partis à la découverte du monde au péril de leur vie ; ainsi Joachim du Bellay a écrit dans l'un de ses poème les plus connues « Heureux qui, comme Ulysse comme a fait un beau voyage ». Aujourd'hui, grâce aux avancées technologiques nous pouvons voyager facilement , néanmoins cela reste relativement coûteux et certainespersonnes ont le mal de voyage. Cependant grâce aux pouvoirs, qu'entre autres, possède la poésie nous pouvons parcourir les quatre coins du globe sans pour cela débourser une fortune ou contracter le moindre mal. En effet, le thème que nous évoqueront à l'aide de ce recueil fort intéressant est le voyage; à travers ce regroupement poétique tout vos sens se mettrons en éveil et vous laisserez librerecours à votre imagination.tyuyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy

yyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy yyyyyyyyyyyyu tydyu d fg dfgh gh fgh dh d dfg fg g dfg dfg dfgh dgfh dg dfg hdfgh dfg dgh d sdmtuo ouh erjn jnr n sr t jon or oul sog ndlfjgn osrg oif i sig oi oisf gou sohg omuh sodfhg o sofhg hdfgh og ofh ough oug ug eurtlzegrt iegr ty egrtileriyrgiygerygreliygerliygeriyg eyi geyigeyi eiygelyigelyigeilygeilyeyigeilygelyigeliyge yigeiy geiygeiygeiygeiygeiyg
Parfum exotique

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,
Je respire l’odeur de ton sein chaleureux,
Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone ;
Une île paresseuse où la nature donne
Des arbres singuliers et des fruits savoureux ;
Deshommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et des femmes dont l’œil par sa franchise étonne.
Guidé par ton odeur vers de charmants climats,
Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine,
Pendant que le parfum des verts tamariniers,
Qui circule dans l’air et m’enfle la narine,
Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.
Charles Baudelaire, Les Fleursdu mal

L’Invitation au Voyage

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.
Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.
Des meublesluisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.
Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.
Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.
Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.
Charles Baudelaire

Théâtre humain … déchu

Marais salants de nuages resplendissants sur le phare
Je merapproche, je touche, je goûte
Les algues ont obscuré l’avancée des crabes
vivants sous les rochés domptés par la marée haute.
La mousse des vagues m’agglutine
l’air saumâtre me chavire
je me sens de nouveau seule.
Pourquoi ?
J’espérais trouver une réponse dans cette île
à la grandeur du théâtre humain.
Je pensais voir des baleines
il y en a point.
Tu as à nouveau tout détruit
Tu n’as pas sugarder la stupeur
de l’âme écarquillée devant la vie.
Malheur à toi!
Sybille Rembard, 2006

L’écolier

J’écrirai le jeudi j’écrirai le dimanche
quand je n’irai pas à l’école
j’écrirai des nouvelles j’écrirai des romans
et même des paraboles
je parlerai de mon village je parlerai de mes parents
de mes aïeux de mes aïeules
je décrirai les prés je décrirai les champs
les broutilles...
tracking img