Anthropologie politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2920 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Anthropologie politique
Aller à : Navigation, rechercher

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2007).
Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références ».(Modifier l'article)

L'anthropologie politique étudie les formes politiques des différents peuples du monde, considérant qu'elles sont liées aux structures des sociétés civiles.
Sommaire
[masquer]

1 Généralités
2 Types d'organisations
2.1 Le pouvoir dans la parenté
2.2 Structures politiques
2.2.1 Les sociétés sans hiérarchie différenciée2.2.2 Le « Big Man »
2.2.3 Les sociétés à chefferies
2.2.4 Les systèmes étatiques
2.3 Pouvoir et société
2.3.1 Les inégalités dans les sociétés autres que humaines
2.3.2 Différences entre les sexes
2.3.3 Différences entre les âges
2.3.4 Le sacré comme fondement des inégalités
2.3.5 L'autorité du savoiret de la vérité
2.3.6 Économie
2.3.7 L'État : centralisation du pouvoir
2.3.8 Hiérarchies dans les sociétés d'Europe occidentale
2.3.9 Les formes de résistance au pouvoir
3 Bibliographie
4 Notes et références

Généralités[modifier]

Le mot politique a pour sens : qui se rapporte à la cité (de polis, la cité en grec). La cité estl'ensemble des citoyens organisés suivant des lois. Cette organisation est un politeion, mot que l'on peut traduire par constitution (cf. Aristote, Les Politiques). Selon Aristote, c'est l'appartenance à cette constitution, largement indépendante des conditions matérielles, qui fait le citoyen et fait naître en l'individu le sentiment de participer à un groupe collectivement administré. L'étude decette réalité est l'une des parties de l'anthropologie.

Selon Balandier, l'anthropologie politique « tend à fonder une science du politique, envisageant l'homme sous la forme de l'homo politicus et recherchant les propriétés communes à toutes les organisations politiques reconnues dans leur diversité historique et géographique. »1

Il s'agit donc d'étudier le gouvernement des hommes et sesinstitutions, les variétés de régimes dans leur organisation et leur développement, et les discours et représentations symboliques qui permettent ou s'efforcent de les légitimer. C'est une tâche immense, qui n'a d'ailleurs pris une véritable importance dans le milieu des anthropologues que dans les années 1960.
Types d'organisations[modifier]
Le pouvoir dans la parenté[modifier]

Pour un exposégénéral de l'organisation de la parenté, voir parenté.
Structures politiques[modifier]

On ne connaît pas de société sans une organisation, même minimale, du pouvoir, et toutes les sociétés sont hétérogènes. Cette hétérogénéité distribue les individus selon des fonctions variables qui dépendent elles-mêmes de leur place dans le groupe. Chez Aristote (Éthique à Nicomaque, livre I), l'ensemble desrôles humains se subordonnent à des finalités supérieures : l'élevage des chevaux à l'art de la guerre, et l'art de la guerre à la politique. De même que la philosophie ordonne la pensée (Métaphysique, livre A), la politique ordonne et unifie la société des hommes, mais peut aussi la désunifier.

Les concepts fondamentaux de l'anthropologie politique sont donc à peu près les suivants : société,pouvoir, politique, hiérarchie, inégalités sociales, etc. Les sociétés les plus homogènes en apparence sont tout de même hiérarchisées et définissent des inégalités.

Ce qui fait surtout l'objet de controverses, c'est la question de savoir si ces inégalités sont entièrement naturelles ou si la culture définit des fonctions très variables d'une société à l'autre, à partir d'inégalités...
tracking img