Anthropologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 53 (13109 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction à l’anthropologie.
L1 sociologie, CM 15/30h, M. OUDIN, 1er semestre 2007/2008
Amphi V. Demange, lundi 10h30/13h ; 6 séances (12nov. A 17déc.).


PREMIERE PARTIE : les essentiels.


1. Rappels préliminaires.

Introduction générale : objectif du cours, rappels et compléments/15 premières heures.


A. Quelques définitions.

a. Sociologie.

(…)b. Ethnologie.

Ethnos signifie petit groupe humain, à l’opposé du socios, plus global. L’ethnologie est donc la réflexion sur les petits groupes humains. Elle considère le concept d’altérité comme une base de travail, refusant la facilité selon laquelle l’autre est un sauvage, la peur du différent menant souvent à une représentation caricaturale d’autrui. L’idée fausse est de croire quenous sommes dans la société et que l’autre se situe dans une ethnie.
(…)
Le projet ethnologique, au départ ethnographique, consiste à construire une science à partir de la différence, cet élément étant grandement favorisé par la naissance de l’ethnographie en lien avec la colonisation.
Suite à la première phase ethnographique que l’on peut qualifier de descriptive, s’ensuit l’ethnologie,réflexion permettant dans un premier temps, durant l’étape guerrière de la colonisation, une meilleure connaissance de l’adversaire puis, durant l’étape administrative, de mieux connaître les populations pour mieux les administrer (études sur le chef, la langue, les coutumes…). L’ethnologie est alors un instrument politique (…)


L’ethnologie essaie depuis lors de gagner son autonomie de penséeet de se départir de son association au processus de colonisation. Cela a été grandement favorisé par la décolonisation et l’intérêt porté par certains ethnologues au local, à l’ethnographie du proche comme par exemple du paysan Français.
(…)

c. Anthropologie.

Ce terme mérite d’être cité car il prête souvent à confusion. En effet l’anthropologie n’est pas ce que les anglo-saxonsappellent « anthropology » et pourtant certains auteurs français utilisent les deux termes comme des synonymes. Le mot anglais « anthropology » est l’équivalent de ce que nous autres français appelons l’ethnologie.
A l’inverse l’anthropologie en France consiste en quelque sorte en une réflexion sur tout ce qui est commun à l’être humain, alors que l’ethnologie est plutôt une science de ladifférence. Les deux sens sont alors complémentaires.
L’anthropologie a pour vocation de fédérer l’ensemble des regards portés sur l’homme : biologique, sociologique, physiologique, ethnologique, etc.… Un débat anthropologique naît du débat de deux regards différents tirés de deux sciences différentes. Une étude sollicitant à la fois la sociologie et l’ethnologie est, par exemple, une étudeanthropologique.
(…)

2. Les fondements de l’anthropologie et le rapport à l’altérité

L’anthropologie appliquée se divise en de nombreux domaines que nous n’aurons pas le temps de détailler ici : anthropologie de la religion, de la parenté, visuelle, de la culture matérielle, urbaine, politique, éléments auxquels on peut ajouter l’ethnopsychiatrie, l’ethnopsychanalyse, l’ethnobotanique, etc.…L’anthropologie c’est cependant constituée à la fin du 19ème siècle sur trois grands fondements : - l’unité de l’espèce humaine
- la nécessité d’un objet d’étude : au départ ce que l’on appelait les « primitifs », les sociétés « traditionnelles » ou sociétés « simples », que l’on appelle maintenant sociétés lointaines, non européennes, exotiques… L’objet d’étude de départ est de petitedimension, ayant peu de contacts avec les voisins, une technologie peu développée et pas de spécialisation dans les activités.
- l’ethnologie repose sur une méthode de recherche : l’observation participante, due à Bronislaw Malinowski, avec à l’époque un besoin de distance géographique et culturelle entre observateur et observé pour plus d’objectivité (…). Il faut apprendre à connaître...
tracking img