Antibiotiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1528 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE V - LES ANTIBIOTIQUES
Paul Ehrlich (1854-1915) : la balle magique : grand précurseur des antibiotiques.
La balle magique => « substance qui pourrait aller tuer les bactéries à l’intérieur de l’organisme ».
Sa 606e préparation arsénicale était capable de tuer la syphilis.
Repris par Gerhard Domagk dans les années 1930 (=sulfamides).

Alexander FLEMMING (1928) découvre une substancequi inhibe la croissance bactérienne. (à partir de champignon). Repris par d’autres pour créer la pénicilline.
Albert Alexander (1941) premier à avoir été guérit par la pénicilline (= tout premier antibiotique)

I. PROPRIETES GENERALES DES ANTIBIOTIQUES
Antibiose = contre la vie
Au départ c’était les champignons qui produisait les substances antibiotiques = Actinomycètes. Maintenant ilssont modifié ou synthétiser chimiquement.

=> Antibiotique : substance chimique produite par des MO qui à la capacité d’inhiber la croissance et parfois même de détruire les bactéries (ou MO) en solution diluée.

1. TOXICITE SELECTIVE
Les antibiotiques sont toxiques pour les bactéries mais pas pour l’homme pour cela :
* Il faudra trouver des substances qui agissent sur les procaryoteset qui n’agissent pas sur les eucaryotes.
* Il faudra trouver des molécules qui soient active à des doses le plus dilué possible.

2. MODES D’ACTIONS
Les antibiotiques vont agir sur différents niveau de la bactérie :
* Agit sur une cible spécifique (1 antibiotique = 1 cible) :
* Paroi
* Membrane cytoplasmique
* Synthèse de l’ADN
* Synthèse protéique* Autres mécanismes
* Agit d’une manière spécifique sur les procaryotes
a) SUR LA PAROI
La pénicilline grâce à son noyau β-Lactam, agit sur la PLP et casse le pont de glycane, le peptidoglycane est donc fragile, la bactérie éclate à la moindre variation du milieu.
Rq : la pénicilline agit uniquement sur les bactéries en croissance

Bactérie sensible à la pénicilline : les Gram +car plusieurs couches de peptidoglycane, la pénicilline à un accès directe sur la membrane.

Antibiotiques agissant sur la paroi :
* Vancomycine => dipeptide terminal D-Ala D-Ala : agit sur le peptidoglycane en croissance (pas utiliser sur les Gram – car elles n’arrivent pas à détruire la couche L)
* Β-Lactamine => PLB (protéine fixant la penicilline)
* Fosfomycine => phosphoénolpyruvate synthétase
* Cyclosrine => synthèse d-Ala D-Ala

b) SUR LES MEMBRANES CELLULAIRES
Polypeptides cycliques :
* POLYMYXINES : agit en tant que surfactant (molécule ayant une double fonction : une longue chaine carboné hydrophobe et une partie chargé) il dissous les lipides membranaire de la bactérie donc détruit la membrane donc mort bactérienne.

* TYROCIDINE : agit entant que ionophore (molécule qui perce des trous dans la membrane bactérienne donc destruction de celle-ci)

Problème de ces antibiotiques, ils sont détruit par les cellules intestinales donc mode d’action externe seulement (pommade). Ils sont vite toxiques.

c) SUR LA SYNTHESE DES PROTEINES
* AMINOSIDES (streptomycine) : se fixe sur la petite sous unité 30S et va intervenir sur lalecture de l’ARNm, ce qui va provoquer :
* des erreurs de lecture (protéine plus fonctionnelle)
* un arrêt du développement bactérien

* CHLORAMPHENICOL (macrolides ; érythromycine) : se fixe sur la grosse sous unité 50S et agissent sur l’ARN de transfert ce qui bloque l’avancement du ribosome.
* Mauvaise fixation d’un AA sur l’autre

* TETRACYCLINE : se fixe surl’ARNm et elle empêche la fixation de l’ARN de transfert.

d) SUR LES ACIDES NUCLEIQUES
* RIFAMPICINE : bloque l’ARN polymérase donc bloque son action => plus de synthèse de la protéine.

* ACIDE NALIDIXIQUE (quinolones) : bloque l’ADN gyrase (permet le déroulement de l’ADN pour sa lecture) => ADN reste enroulé, non accessible donc plus de synthèse de la protéine.

e) SUR LES...
tracking img