Antigone

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (457 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I – Obéissance à une loi non écrite ( extérieure à elle ou prétextée )

-àPourquoi as-tu tenté d’enterrer ton frère ? (l-89)

a) Je le devais / je te l’avais interdit / Je le devais tout demême/Ceux qu’on enterre pas errent éternellement sans jamais trouver de repos….

b) C’était un révolté et un traître , tu le savais / C’était mon frère .

a) conflit de la conscience et dela loi sociale

-à la loi divine , religieuse , morale, non écrite face à la loi humaine , écrite .

Devoir moral cf. « Nous devons aller enterrer notre frère dit-elle à Ismène (l255)Référence religieuse explicite l. 893-894.

b) La piété fraternelle :-à Devoir familial du sang. Polynice est un frère avant d’être un traître et un révolté .

(l.988): A Créon « Il faut quej’aille enterrer mon frère que les hommes ont découvert »



II – Obéissance à une pulsion personnelle (cause intérieure cachée)

- Créon démontre que son, geste était inutile , doncabsurde car la garde présente rendait tout enterrement impossible -à Antigone le reconnaît

- Créon dépeint le service funèbre comme une comédie humaine absurde -à Antigone le reconnaît.

-Donc elle ne croit pas à la valeur religieuse des rites de l’inhumation.

- Pour Créon comme pour Antigone, les Dieux sont morts.

- Conséquence : elle n’a pas obéi à la loireligieuse.

-à Pourquoi fais-tu ce geste ? (l- 1017-1021) Pour les autres, pour ceux qui y croient

Pour les dresser contre moi ? – Non - Ni pour les autres – Ni pour ton frère –

Pourqui alors ? - Pour personne ! Pour moi .

-à Sentiment orgueilleux d’un devoir à accomplir vis à vis d’elle même.(honneur)

Polynice n’est que secondaire, un moyen d’affirmer sa ,personnalité silongtemps étouffée : une revanche contre son complexe d’infériorité

L’expression concrète de son égoïsme foncier (de ses goûts anarchiques) victoire sur les interdits sociaux et familiaux.(«...
tracking img