Antigone

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1277 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 octobre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Anouilh, Antigone
Antigone face à Créon 
Page 88 à 91 de « Créon : Mais je vais e dire quelque chose … à Antigone : oui »

I – Le blâme des 2 frères
II – Créon se met en valeur
III – La réaction d’Antigone


La Grèce Antique par l’intermédiaire de ses poètes et dramaturges, nous a transmis un grand nombre de légendes. Les anciens ont, en effet, exprimé à travers d’histoires familiales degrandes idées telles que les rapports entre l’homme et son destin, le bonheur, la justice. Ainsi ont été composées des tragédies inscrites dans certains cycles comme Oedipe roi et Antigone de Sophocle dans le cycle des Labdacides.

Ici nous étudierons une scène qui met face à face Antigone et Créon présente dans la tragédie moderne d’Anouilh: Antigone parut en 1946 après la seconde guerremondiale et est jouée pour la 1ère fois en février 1944.

Nous nous demanderons de quelle stratégie use Créon afin de convaincre Antigone de renoncer à la mort.

Nous développerons tout d’abord le blâme des 2 frères pour ensuite continuer avec la mise en valeur de Créon et finir avec la réaction d’Antigone.




Le blâme des 2 frères



« deux larrons en foire », « deux petit voyous »: expressions familières, dépréciation des frères



Mise à mal de l’image du « bon » frère Étéocle:

- « Étéocle, ce prix de vertu, ne valait pas plus cher que Polynice »

( pseudo éloge: comparaison des 2 frères qui ne valent rien, assimilation de ceux-ci

( « le bon fils » , « le prince loyal »: éloge apparent mais pas dans le contexte: antiphrases. Il rend les frères indignes del’acte d’Antigone

Il jette un doute

« je ne sais même pas lequel »: il ne ménage pas sa nièce, il cherche à susciter le dégoût, roi qui reconnaît avoir menti

Il utilise des termes choquants, forts:

- « pourrir, embrochés, en bouillie, égorgé »: termes crus pour associer son autorité

- précise les circonstances : « égorgé », « embrochés » , « embrassés » : ils sont aussi mal en pointl’un que l’autre, tous les 2 sont aussi fautif l’un que l’autre, ils sont responsable de ce qui leur arrive et de la situation d’Antigone

- « embrassés pour la 1ère fois de leur vie sans doute » : ironie qui sous entend la haine entre les 2. La violence des termes présente les 2 frères comme des monstres sanguinaires que seule la mort a pu réunir

- « règlements de comptes »: il réduit luttepour le pouvoir royal à qqch. de sordide, loin des enjeux royaux

C’est une histoire qui aurait pu se retrouver dans la rubrique des faits divers: règlements de compte entre brigands ?

Par ce blâme, le roi cherche à susciter le dégoût, l’écoeurement d’Antigone, il veut la déstabiliser

CCL DU PARAGRAPHE

On peut voir que par ses tournures ironiques, son vocabulaire violent etl’assimilation des 2 frères ainsi que la démythification du héros national, le roi cherche à faire revenir Antigone à la raison mais il use d’autres ruses afin d’arriver à son but. Il n’hésite pas à jouer avec les sentiments d’Antigone, il ne l’épargne pas mais donne l’impression d’être crédible.


Créon se met en valeur

Met Antigone dans la confidence, il lui confit un secret «  à toi » : mise ausecret d’Antigone privilégiée



« quelque chose d’effroyable que je sais seul » : c’est un secret d’État qu’il confie à sa nièce, le roi lève le voile sur un secret que lui seul connaît : Créon est un homme qui n’a pas choisi de masquer une part de la vérité, c’est par affection pour Antigone qu’il avoue son secret

C’est un homme de pouvoir :

- « j’ai eu besoin de faire un héros »: il aété obligé de choisir un héros pour son propre intérêt

- pouvoir de masquer les vérités dont il est acteur: « je », « j’ai » c’est lui qui a décidé. Lorqu’il rapporte les événements c’est bien lui qui a ordonné:

- « j’ai fait ramassé … », « j’ai donné l’ordre » : c’est un secret très lourd, Créon s’est servi des 2 frères. C’est un rôle dans lequel il a joué

Il a le souci de ne pas...
tracking img