Antologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1018 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ludovic Pallas 1ES2

[pic]

[pic]

[pic]

Préface

La poésie touche tous les peuples et toutes les époques, il s'agit donc d'une des plus anciennes formes littéraires. Les poètes peuvent faire passer un sentiment qu'ils ressentent au moment où ils écrivent comme, l'amour, la tristesse, le bonheur... Ils cherchent à faire passer un message souvent caché de manière implicite ou explicite.Les poètes utilisent les mots comme une arme, afin de faire passer leurs messages et leurs idées. Il peut transmettre un message en utilisant de nombreuse métaphores, et bien d’autres figures de styles. Les mots peuvent toucher, faire pleurer, rendre heureux et triste. Pendant ces moments difficiles de l'histoire les gens avaient besoin de s'exprimer de faire passer leur sentiment avec la poésieengagée les poèmes servaient d'exutoire pour le poète.
La poésie est faite d'image. Chacun peut comprendre un poème à sa façon. La poésie a de plusieurs possibilités de sens. Chacun ne ressent pas la même sensibilité face à un poème.

Couplet de la rue de bagnolet
Le soleil de la rue de Bagnolet
N'est pas un soleil comme les autres.
Il se baigne dans le ruisseau,
Il se coiffeavec un seau,
Tout comme les autres,
Mais, quand il caresse mes épaules,
C'est bien lui et pas un autre,
Le soleil de la rue de Bagnolet
Qui conduit son cabriolet
Ailleurs qu'aux portes des palais.
Soleil ni beau ni laid,
Soleil tout drôle et tout content,
Soleil d'hiver et de printemps,
Soleil de la rue de Bagnolet,
Pas comme les autres.
Robert DesnosDedans Paris, ville jolie…

Dedans Paris, ville jolie,
Un jour, passant mélancolie,
Je pris alliance nouvelle
À la plus gaie damoiselle
Qui soit d'ici en Italie.

D'honnêteté elle est saisie,
Et crois, selon ma fantaisie,
Qu'il n'en est guère de plus belle
Dedans Paris.

[pic]

Clément Marot

La seine a rencontré Paris
Qui est là
toujours là dans la ville
et qui pourtant sanscesse arrive
et qui pourtant sans cesse s'en va
C'est un fleuve répond un enfant
un devineur de devinettes.
[pic]

elle presse le pas quand tombe le soir
des fois au printemps elle s'arrête et
vous regarde comme un miroir.
Et elle pleure si vous pleurez
ou sourit pour vous consoler
et toujours elle éclate de rire quand
arrive le soleil d'été...

Jacques Prévert

Plume sur la villeEcrire sur les murs
D’une plume alerte
A même le duvet,
à même la peau de la ville.

Entre ses ruelles, ridules, interstices,
Coudre ma liane.
Marcher,
Me tromper,
Pénétrer,
Prendre ici, tourner là,
Au gré de signes indescriptibles.

Errer,
Non pour me perdre mais pour saisir
Mon capricieux désir
Mêlé aux gémissements de la ville.

Carole Menahem-Lilin

Venelle

Pour lacomprendre, la prendre en moi,
Sur moi, elle.
Pour
Frissonner ses murs pelés, ses oisillons qui n’ont jamais grandi,
Pour pardonner ses foules de griffes et de becs,
Ses cohues affolées,
Envols pressés, vacarmes –
Puis le silence.

Et le jeu infini des hasards
Écrivains.

Carole Menahem-Lilin

Combinatoires

Nos silhouettes orchestrées par
Un rythme inconscient vont
Dans lecrépuscule
Et ses cymbales.

Un chat sur son mirador.
Assis sur le trottoir, des ados casque aux oreilles,
Musique et gaz d’échappement.
Un rat surgit du caniveau et s’arrête à leurs pieds.
Panique.
[pic]

Carole Menahem-Lilin

Le crépuscule du soir

Voici le soir charmant, ami du criminel ;
Il vient comme un complice, à pas de loup ; le ciel
Se ferme lentement comme une grande alcôve,Et l'homme impatient se change en bête fauve.

Ô soir, aimable soir, désiré par celui
Dont les bras, sans mentir, peuvent dire : Aujourd'hui
Nous avons travaillé ! - C'est le soir qui soulage
Les esprits que dévore une douleur sauvage,
Le savant obstiné dont le front s'alourdit,
Et l'ouvrier courbé qui regagne son lit.
Cependant des démons malsains dans l'atmosphère
S'éveillent...
tracking img