Antonin artaud, suicidé de la société

Pages: 23 (5680 mots) Publié le: 7 septembre 2009
Littérature et Science
Mme Susuini-Anastopoulos

Le cas Artaud.
Psychiatrie – Poésie
La notion de maladie mise à l’épreuve

[pic]

Sommaire

Introduction………………………………………………………………………………p.3-4

I – Chefs d’accusation……………………………………………………………...p.4-8

1 – « Le bras droit d’un monde d’avachis 
2 – L’arme fatale : l’électrochoc
3 – Assassins

II – L’aliénationauthentique……………………………………………………...p.8-12

1 – De l’autre côté
2 – La santé : un état précaire
3 – Elan vital d’ivresse

Conclusion……………………………………………………………………………...p.12-13

Bibliographie………………………………………………………………………………..p.13
« Être déporté est en effet un fait et un état que je n’étudierai pas médicalement ou scientifiquement parce que je hais autant la médecine que lascience, mais dont je puis vous parler comme quelqu’un qui en a longuement et j’oserai dire : méticuleusement souffert. »[1] C’est dans une lettre adressée à Pierre Bousquet que figurent ces lignes d’Antonin Artaud, rédigées en mai 1946 à l’asile de Rodez, qu’il devait quitter quelques jours plus tard. Le destinataire de la missive, a été arrêté en 1942 et déporté dans un camp de concentration. Cettecomparaison en dit long sur les relations qui unissent Artaud au corps médical. Prisons, lieux de torture où évoluent sereinement ses bourreaux ; les différents hôpitaux psychiatriques qu’il est contraint de fréquenter et les divers patronymes de médecins qui, dès le plus jeune âge, ponctuent sa biographie d’auteur, dramaturge, acteur et dessinateur ne sont le plus souvent associés qu’à dessentiments de mépris et de répulsion absolus. Soumis à la technique des électrochocs et enfermé pendant de longues années de sa vie, le cas Artaud est décrit en ces termes par le Dr Ferdière, dans sa thèse de médecine : « ancien toxicomane atteint de psychose hallucinatoire chronique, avec des idées délirantes polymorphes luxuriantes […]»[2]
« Toxicomane » : dans les faits, Antonin Artaud se plaisait àprocéder au dérèglement de tous ses sens au moyen d’opium ou de laudanum, substances illicites. Mais les psychose hallucinatoire et idées délirantes dont on l’accuse ne sauraient-elles être diagnostiquées sur l’esprit de tout créateur quel qu’il soit ? Que nous apprend le « cas Artaud » sur la pliure qui sépare l’art de la vie régie en société, de la conception de la « santé » selon la science ; lanotion de maladie trouve-t-elle la même définition à la lumière de l’un et de l’autre ? Le dictionnaire en donne la définition suivante : « MALADIE n.f. 1- Altération de la santé, des fonctions des êtres vivants en particulier quand la cause est connue. 2 - Altération, dégradation de quelque chose. 3 - Trouble dans la manière de se conduire ; comportement excessif ; passion. »[3] Ce dernierterme symbolise toute l’ambigüité de la question : une passion trop vive peut être considérée comme une altération. Il s’agit d’une considération sur l’existence qui se reflète jusque dans le langage : il ne serait pas « sain » d’être habité d’une passion trop vivace. En février 1947, Artaud visite au Musée de l’Orangerie l’exposition d’un être qui comme lui, est un « cas » : Vincent Van Gogh, sujet,selon un article de son médecin, le Dr Beer, à des troubles névropathiques  divers et déséquilibré. « [Il] lit l’article et, dans une sorte de fureur inspirée, il rédige en quelques semaines Van Gogh le suicidé de la société, réponse incendiaire à ces discours psychiatriques dont il fut lui-même si souvent victime. Non, Van Gogh n’était pas fou, répète-t-il, ou alors il l’était au sens de cetteauthentique aliénation dont la société ne veut rien savoir, cette "société tarée" qui a inventé la psychiatrie pour se défendre des investigations de certaines lucidités supérieures dont les facultés de divination la gênaient". »[4] Artaud voit en Van Gogh le parangon, non seulement de sa propre existence de martyr, mais également de tout son cheminement intellectuel, tous deux sont du même...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Antonin artaud
  • Antonin artaud
  • Antonin artaud
  • antonin artaud
  • Antonin artaud
  • Antonin artaud
  • Antonin artaud
  • antonin artaud

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !