Aphasie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8134 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction à l’aphasiologie

1. Introduction

Ce travail se base sur l’ouvrage en langue allemande de Jürgen Tesak traitant du thème de l’aphasie et qui s’intitule : Einführung in die Aphasiologie (Introduction à l’aphasiologie)[1]. Cette étude offre une vue d'ensemble de l'état actuel de la recherche scientifique sur l’aphasie et livre une présentation complète de cette maladie.L’observation des aphasiques est intéressante pour les neurolinguistes car elle leur a permis d’approfondir de nombreuses connaissances sur le langage, et plus exactement de préciser le rôle que joue le cerveau dans le langage, ainsi que d’éclaircir les relations qu’entretiennent langage et pensée. Après avoir en premier lieu donné une définition du terme d’« aphasie », nous allons présenter un rapidehistorique des origines de la découverte et des premières études menées sur cette maladie. Comme nous le verrons par la suite, les énoncés aphasiques se définissent avant tout par la manifestation intermittente d'erreurs phonétiques, par la présence d'un grand nombre de substitutions, d'omissions et d'ajouts de phonèmes et par l'incidence de perturbations grammaticales et lexicales. Nous allons donc nousintéresser tout particulièrement aux phénomènes linguistiques et pragmatiques qu’entraînent l’aphasie et observer les symptômes aphasiques aussi bien sur le plan phonologique et phonétique qu’au niveau lexical, morphologique, syntaxique et pragmatique. Pour conclure, nous nous concentrerons sur les différents types d’aphasie et l’établissement d’un diagnostic.

1. Qu’est-ce que l’aphasie ?1.1. Définition

L’origine du terme « aphasie » vient du grec et signifie « perte de la parole ». C’est le neurologue français Armand Trousseau qui, en 1864, donne le nom d’« aphasie » à ce que l’on appelait jusqu’alors l’« aphémie », l’« alalie » ou l’« amnésie verbale ». Indépendamment des divergences théoriques et définitoires, les spécialistes s’accordent sur le fait que l’aphasie est untrouble du langage acquis dû à une lésion cérébrale survenue à un moment précis dans la vie d’un individu qui maîtrisait déjà le langage auparavant. Plus précisément, l’aphasie est provoquée par une lésion du cortex cérébral, en général de l’hémisphère gauche, qui déclenche une altération langagière différente des lapsus ou des autres erreurs langagières que peut produire un sujet non-aphasique etaffecte toutes les composantes du langage. Une question que soulève l’aphasie est de savoir si elle entraîne uniquement des troubles de langage à différents degrés ou bien si elle entrave aussi les processus cognitifs qui sous-tendent la production et la compréhension langagière. Tous les chercheurs ne sont pas d’accord sur ce point. On parle d’aphasies primaires (« Primäre Aphasien ») lorsque lesprocessus langagiers sont entravés et d’aphasies secondaires (« Sekundäre Aphasien ») lorsque des troubles de la perception, de la mémoire et/ou de l’attention et de la concentration conduisent à une habilité langagière réduite[2]. Selon Jürgen Tesak, il est important de bien différencier au moment du diagnostic entre l’aphasie et les autres maladies dégénératives cérébrales, comme la maladied’Alzheimer ou d’autres maladies mentales telles que la schizophrénie. En effet, si celles-ci peuvent entraîner la perte de la capacité à exprimer et à comprendre le langage et, bien que ces phénomènes soient parfois décrits comme des symptômes aphasiques, ils se différencient de ceux-ci du fait qu’un sujet aphasique conserve sa capacité à fonctionner de façon autonome et ne souffre pas de troublescomportementaux (Tesak : 2006, 3).

1.2. Bref historique

Historiquement, la découverte de l’aphasie fut importante car elle fut à l’origine d’une constatation majeure : il existe un lien entre le cerveau et la fonction mentale.
Tout commença en 1861 avec les recherches du neurologue français Paul Broca qui eut l’occasion, lors d’une autopsie, d’examiner le cerveau d’un patient au langage...
tracking img