Apollinaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2471 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Poème étudié :

Guillaume Apollinaire
« J’écris tout seul… » (« Poèmes à Lou », 1955)

Introduction

Guillaume Apollinaire est un des principaux poètes d’expression française du début du XXème siècle. Il est auteur notamment du recueil des poèmes « Alcools », parmi lesquels on trouve ses poèmes les plus connus comme « Zone », « Le pont Mirabeau » et « La chanson du Mal-aimé ».
Dansl’œuvre d’Apollinaire on trouve également des nouvelles et des romans érotiques. Il a participé au mouvement d’avant-garde et il était précurseur du surréalisme, étant aussi poète et théoricien de l’Esprit nouveau.
Le poème « J’écris tout seul… » est l’un des poèmes du recueil « Les poèmes à Lou » publié après la mort de l’auteur. Ces poèmes sont écrits en 1914-1915 pendant une période difficile de savie au moment de la Première Guerre mondiale quand il s’est engagé dans l’armée française.
Sur fond d’une réalité dure de la guerre, il vit sa guerre intérieure dont la belle aristocrate Louise de Coligny–Châtillon, dite Lou, est la cause. Il l’a rencontrée à Nice en 1914. Cette femme et la guerre lui inspirent de nombreux poèmes et lettres. Ce poème, un vrai récit d’amour, nous montre ladureté et une fin inévitable d’une relation amoureuse très compliquée et presque impossible. C’est un poème autobiographique, donc il faudrait mentionner quelques rappels afin de faciliter la lecture du poème.
Ce n’est pas seulement un poème d’adieu, mais aussi la recherche d’un vrai bonheur qui serait parfait.
On peut sentir que l’auteur s’exprime d’une manière assez solennelle et parfoislourde qui fait penser au baroque. L’auteur lui-même disait qu’on pouvait trouver dans ces poèmes « l’Apollinaire le plus audacieux et le plus baroque ».
Le poème que nous allons étudier est en vers régulier formé de six quatrains. La versification du poème est classique : il y a une alternance des rimes masculines et des rimes féminines. Ces rimes sont croisées (ABAB).
Dans un premier temps,nous nous attarderons sur la combinaison de deux phénomènes distincts, la guerre et l’amour, qui se réunissent dans une image puissante. Puis nous nous concentrerons sur leur influence sur l’auteur qui montre une signification particulière des adieux dans ce poème. Enfin nous étudierons dans un troisième temps l’image mystique de la muse d’Apollinaire.

I – De la guerre à l’amour

Dans lepoème deux phénomènes distincts apparaissent, qui sont généralement opposés : la guerre et l’amour. La guerre symbolise la souffrance, le désespoir et la mort, tandis que l’amour est un symbole de l’harmonie, de la paix et du bonheur. Ici l’auteur décrit de façon très lyrique un amour malheureux et perdu, et ainsi ce poème est presque transformé en chanson (la versification classique, les rimescroisées - ABAB, la répétition des adieux, parfois c’est l’assonance qui donne l’impression de l’harmonie et rend le texte plus expressif).
Nous étudierons d’abord la présence de la guerre dans le poème et puis nous nous concentrerons sur la façon de l’expression d’amour dans ce poème d’Apollinaire pour montrer comment tous les deux se mêlent ensemble.

1 - La présence de la guerre

Si on cherchedes rappels biographiques pour savoir de quelle guerre il s’agit, on peut préciser que c’était la Première Guerre mondiale. Dans le premier quatrain l’auteur montre la réalité dure de la guerre. .
On trouve des personnifications telles que « un obus se lamente » ou « le cri sinistre de l’agace monte » qui sont employées pour souligner cette solitude qui déprime l’auteur, puisque autour de lui iln’y a que la guerre avec ses attributs (un obus, le galop d’un cavalier, le cri de l’agace).
Apollinaire emploie les adverbes de temps en temps, quelquefois, parfois pour montrer l’insécurité dans laquelle il se trouve. Dans la guerre on ne sait jamais ce que l’on peut attendre de l’avenir le plus proche. Les dangers apparaissent (un obus se lamente, le galop d’un cavalier qui passe, le...
tracking img