Apollon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1173 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La complexité du personnage d’apollon
attribues :Apollon est partagé entre un aspect pacifique, symbolisé par la lyre, lié à la pratique des arts, à la musique et au chant, à l’élégance, la beauté de la jeunesse et la santé, et un aspect violent, symbolisé par l’arc, lié à la colère et à la destruction, à la menace que représente sa force. Quand il arrive sur l’Olympe, l’arcbandé, les dieux bondissent de leur siège, saisis d’effroi ; c’est Léto qui lui ôte son arme et lui fait prendre place dans l’assemblée, qu’il ne tarde pas à inviter au chant et à la danse. Apollon était surtout célèbre en tant que dieu de la Musique. De nombreuses représentations le montrent avec une lyre, instrument notamment utilisé pour les concours de poésie. Apollon étaitfier des sons mélodieux qu'il tirait de sa lyre. Le satyre Marsyas voulut se mesurer à lui, prétendant que la musique de sa flûte était plus douce que celle d'Apollon. Après que les Muses, qui avaient servi d'arbitres, eurent déclaré Apollon vainqueur, celui-ci fit écorcher vif Marsyas pour son impertinence. il orna une autre fois le crâne du roi Midas d'oreilles d'ânes pour avoirpréféré la flûte de Pan à sa lyre. Quant à la divination, elle est également double. Apollon connaît l’avenir, il répond aux questions des humains en enseignant la meilleure voie à suivre, et les oracles de la Pythie donnent vite naissance à une sagesse delphique fondée sur la lumière de la raison ; mais Apollon est aussi qualifié de « Loxias », l’Oblique : il est aussi habile à poserdes énigmes qu’à en résoudre, et ses oracles sont parfois dangereusement ambigus. Marcel Detienne, dans Apollon le couteau à la main, met en lumière cette double figure d’Apollon. Apollon est certes un dieu de l’ordre divin, qui élimine le monstre Python pour remplacer les puissances primitives incontrôlées par l’ordre stable et définitif de Zeus ; et un dieu de la mesure, quipunit les sacrilèges impitoyablement. Mais c’est aussi un dieu de violence et de passion, amateur de sacrifices sanglants. Toutefois si l’on n’ a gardé aujourd’hui d’apollon que la dimension de beauté et perfection physique c’est en partie grâce au rôle qu’a joué celle-ci dans la vie des grecs.
Apollon une necessité vitale dans la vie des grecs.
Apollon source du désir de beautégrec : Dans La naissance de la tragédie Nietzsche, reconnaît que l’antiquité grecque nous offre le spectacle d’un «intarissable débordement de beauté». «Bienheureux peuple des Hellènes», auquel nous devons, à travers le _«marbre radieux» _des statues, les «lignes nobles et pures» de son architecture, ou la «langue harmonieuse» des héros de la tragédie «les plus splendides dans ce que Nietzschenomme la tendance apollinienne, pulsion artistique qui a dominé tout le monde hellénique. C’est dans l’instinct apollinien que les Grecs puisent leur sens de la mesure ' eux qui craignent par dessus tout l’_hubris_, l’excès ' ainsi que leur goût pour la simplicité, la clarté et la belle ordonnance. Sont apolliniens la limpidité à la fois pure et lumineuse du style d’Homère, le langage deshéros de Sophocle, la figure majestueuse des statues des dieux olympiens aux proportions parfaites. Dans le monde apollinien «tout paraît simple, transparent, beau». La beauté Apollinienne, c’est la beauté idéale, la «belle apparence de monde des rêves», à la fois impassible et sereine. Pour comprendre le véritable sens du culte grec de la beauté, en effet, il faut adjoindre à l’instinctapollinien un instinct opposé, et chronologiquement premier; à cette pulsion originaire Nietzsche a donné le nom de pulsion dionysiaque. La beauté apollinienne, dont il faut restaurer le soubassement pessimiste si on veut la comprendre, se révèle alors vitale. Elle est ce voile enchanteur qui recouvre et dissimule «la profonde horreur du spectacle du monde», cette magnifique illusion qui...
tracking img