Apologie de socrate (texte)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 71 (17505 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PLATON : L’apologie de Socrate  

Plan général : I° partie : introduction générale au texte du dialogue
II° partie : Plan détaillé du dialogue
III° partie : Texte du dialogue

Introduction Générale [Source : Platon : Oeuvres complètes « les Belles Lettres »Notice de Michel Croiset.]

En l’an 399 avant notre ère, une accusation capitale futlancée contre Socrate : elle entraîna sa condamnation puis sa mort. Il avait alors 70 ans. C’est à cette accusation qu’est censée répondre « l’Apologie[1] de Socrate » de Platon.
Pour bien en comprendre la portée, il faut établir la spécificité du rôle et de la perception de l’individu Socrate dans l’Athènes du V° siècle. La cité attique était le lieu d’élection de la pensée. Toutefois, alorsque la plupart des grands penseurs de l’époque ( philosophes de la nature tel Anaxagore et sophistes autrement dit savants faisant profession d’enseigner leurs sciences moyennant rétribution) s’interrogeaient sur l’univers en général, Socrate se disait seulement épris de vertu. Pour diffuser cet enseignement moral, détaché de toute ambition de réussite et de notoriété, il n’usait pas de beauxdiscours mais il interpellait chacun de ces concitoyens dans sa conscience. Pour lui, la vérité n’est pas dans les nuées. Elle est en nous, quoique souvent obscurcie. Il faut donc, par un questionnement méthodique, éveiller la réflexion. C’est ainsi qu’on pourra la mettre en mouvement et la conduire pas à pas d’une certitude à une autre.
Dans la perspective de Socrate, les moyens pour y parvenircompte tout autant que le résultat : il faut n’avancer sur ce chemin que si est obtenu de l’interlocuteur un assentiment libre et entier sur chaque point successivement abordé. C’est cette pratique exigeante que Socrate met à l’épreuve des faits. En quoi consiste-t-elle exactement? Il s’agit d’une enquête serrée, subtile, impitoyable, sans complaisance. Socrate s’en va partout interpellant cesconcitoyens, sur la place du marché, dans les boutiques, dans les gymnases. Soumis à la pression d’un tel examen, par un personnage affable mais qui ne lâche pas prise facilement, certains étaient mis en difficulté par des vérités gênantes ou par l’aveu d’une contradiction inaperçue. Si, avec le « petit peuple », la conversation devait tourner court rapidement, avec les beaux esprits, Socrate étaitconfronté à des protagonistes soucieux de leur réputation, ne souhaitant ni se dérober, ni se faire tourner en ridicule. Et un entretien avec de tels interlocuteurs, devenait vite un spectacle, dans cette ville où tout le monde aimait à argumenter et à entendre argumenter. Socrate a donc été conduit plus d’une fois à mettre à mal la réputation d’hommes d’esprit fameux, contraints d’avouer pourtantqu’ils n’étaient pas sûrs d’eux-mêmes.
Ne faisant aucune concession aux dépens de la vérité, Socrate se fit autant d’ennemis à mesure qu’il prétendait faire du bien. Les trente dernières années de sa vie furent celles où l’orage qui devait l’emporter s’amassa, grossit, pour finir par éclater. De plus, le petit groupe de ses disciples inspirait une certaine défiance à l’opinion publique :d’ailleurs, on connaissait mal les idées qui y prédominaient, car Socrate n’avait rien écrit. On devinait seulement qu’elles n’étaient pas celles de la foule, ni en morale, ni en politique, ni en religion. Ce qui apparaissait clairement à tous, c’est que l’enseignement de Socrate tendait à modifier profondément les directions traditionnelles de la vie à Athènes. Alors que tout honnête citoyen était censés’attacher à conserver son patrimoine, voire à l’augmenter, selon la règle d’une sagesse traditionnelle, transmise de père en fils, qui valorisait le travail assidu ainsi que l’économie comme conditions de la réussite sociale, Socrate méprisait les richesses : plus grave encore, il enseignait à les mépriser ! N’y avait-il pas là une protestation impie[2] contre la coutume ? Ces inquiétudes se...
tracking img