Apologie socrate

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1184 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
APOLOGIE DE SOCRATE

Le dialogue entre Mélétos et Socrate démontre comment les mots, les propositions peuvent se confondre, se contredire, se réfuter par le biais de l’ironie. Socrate réfute les accusations que lui adresse Mélétos en y répondant une à la fois, démontrant ainsi leur incohérence et finissant par mettre Mélétos devant ses propres contradictions à l'issue d'uncontre-interrogatoire.

CONTRADICTION DE MELETOS

La première erreur de Mélétos est d’affirmer que Socrate corrompt la jeunesse par le biais de l’éducation [24d]. Cette accusation de corrompre la jeunesse relève de la supposition de Mélétos de vouloir rendre les jeunes gens meilleurs. Dans ce passage, Socrate est contraint dans son argumentation. Car il doit contre-argumenter la proposition que les personnes quifont du bien aux jeunes ne sont pas que les juges. Socrate ne peut prétendre que ceux-ci ne puissent être de bons précepteurs, c’est pourquoi il fait appel au principe de la généralité [25b]. Il justifie son argumentation par l’analogie des éleveurs de chevaux, que la généralité ne peut être celle qui fait du bien aux jeunes gens, car les meilleurs éducateurs sont ceux qui ont les connaissancesappropriées dans un domaine donné. C’est ainsi qu’il illustre l’insouciance de Mélétos sur l’éducation des jeunes gens. Car les bons éducateurs sont l’exception et non le cas du général, donc Mélétos est insouciant de rendre meilleur les jeunes gens.

La deuxième erreur de Mélétos est d’affirmer que Socrate corrompt la jeunesse volontairement. Socrate commence l’examen par l’opposition desméchantes gens à celui des gens de biens et demande à Mélétos s’il existe quelqu'un qui souhaite être mal traité [25d]. En confirmant par la négative, Mélétos permet à Socrate de proposer une proposition contraignante à double sens pour la deuxième question de cet examen : l’accuse-t-il de corrompre la jeunesse à dessein ou sans le vouloir ? En répondant à dessein, Mélétos est dans l’embarras. Carcomment peut-on prétendre vouloir corrompre des gens qui sont proches de nous, en sachant que ceux-ci pourrons nous faire du mal par la suite, puisqu’ils seront corrompus ? Puisque Mélétos a répondu que personne ne souhaite être mal traité, ce postulat reviendrait à dire que Socrate n’agit pas à dessein lorsqu’il corrompt la jeunesse. Car Mélétos a affirmé que personne ne souhaite du mal de personne,donc Socrate agirait intentionnellement. Mélétos était dans une impasse peu importe la réponse qu’il choisissait, les deux réponses de Mélétos disculpaient Socrate de ses chefs d’accusation. Lors de ce contre-interrogatoire, Socrate démontre que le témoignage de Mélétos est une contradiction irréductible.

L’accusation que porte Mélétos sur les croyances de Socrate est vraisemblable. Socratejoue avec les termes, les manipule, de sorte qu’il change le propos de l’accusation sur les divinités. Pour ce faire, Socrate utilise un raisonnement inductif afin de démontrer que ses deux arguments sont véridiques : qu’il ne croit pas en des divinités nouvelles et qu’il n’est pas athée. Pour les défendre, il fait référence aux puissances démoniques [27d]. La formulation du syllogisme de Socratepourrait être celui-ci :

Socrate croit aux puissances démoniques qui relève des démons
Or, si les Démons existent, les Dieux existent
Donc Socrate croit forcément dans les dieux car il croit aux puissances démoniques

Cette inférence confirme que l’accusation portée par Mélétos contre lui est énigmatique, voire une plaisanterie. Qui revient à dire « Socrate est coupable de ne pas reconnaîtreles dieux, alors qu’il l’est reconnaît. » Donc les arguments de Mélétos sont une suite de contradictions en ce qui a trait à l’impiété de Socrate. Car au commencement du plaidoyer, il prétend que Socrate croit en des divinités nouvelles et de corrompre la jeunesse à ne pas croire en les dieux de la cité [26b]. Dans le dialogue suivant, il accuse Socrate d’athéisme. Ce passage est crucial dans...
tracking img