Apologue

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3031 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L'apologue fait passer un message
L'apologue fait appel non seulement à l'intelligence mais aussi aux émotions du lecteur
L'apologue est une contribution à la propagation des idées
Résumé :
Dans son ouvrage, Thomas More insiste surtout sur la sagesse philosophique, le caractère et les mœurs heureuses des Utopiens; on a là des principes proches des épicuriens :
" Lebonheur, pour eux, ne réside pas dans n’importe quel plaisir, mais dans le plaisir droit et honnête vers lequel notre nature est entraînée. Il leur faut fuir tout acte qui pourrait être source extérieure de souffrance pour soi ou pour autrui ".
L’utopie est un moyen et non une fin; c’est le lieu fictif par lequel il faut passer pour une prise de conscience, un mirage dont il faut savoir revenir,armé pour le vrai combat.
Loin d’être un rêve irréalisable, l’utopie doit retrouver la signification que l’humaniste lui donnait : celle d’un heureux effort de l’imagination pour explorer et représenter le possible*
Une cohérence d’ensemble se dessine, de l’évocation de l’île d’Utopia avec Thomas More à l’échec des utopies politiques au XXème siècle, au désir de parfaite sagesse de Memnon,un même souci de rationalité domine dont Voltaire nous montre qu’il conduit à l’échec et au désastre. Le monde des hommes n’est ni le meilleur ni le pire, il est réformable par le travail nous dit Voltaire dans le Candide au chapitre 30..
L'apologue (du grec "apologos", récit détaillé) est synonyme de fable.

Dire qu'il sert seulement à divertir reviendrait à dire que les fables ne sontbonnes qu'à amuser des enfants: ce serait une erreur.

L'apologue raconte une histoire fictive, distrayante, mettant en scène objets, ou animaux, ou humains dans des situations souvent cocasses,mais il est également porteur d'un enseignement moral,( comme pour le grec Esope) ou , parfois, politique, ou religieux. Il s'agit d'utiliser une fiction comme une allégorie, pour faire mieux "passer lemessage".

Comme dans les fables, l'apologue peut avoir une "morale" explicitement formulée, ou, comme dans le conte philosophique, implicite, et il faut alors la "tirer" du récit en interprétant correctement celui-ci (Réfère-toi à Candide, deVoltaire).

L'objectif de l'apologue est d'attirer l'attention sur un fait, ou une idée, ou un système critiquable, en en montrant les faiblesses, oul'ineptie, ou l'absurde, mais de façon "détournée", souvent pour échapper à la censure (La Fontaine, Voltaire, Swift).

4.2.1 L’apologue ou la fable
Dans l’apologue traditionnel, la moralité est explicitement formulée. II n’en va pas toujours de même dans les genres narratifs proches de l’apologue : la fable, l’exemplum, le conte (en particulier philosophique).
Chez La Fontaine, comme chezses prédécesseurs, la fable est un récit fictionnel court qui use parfois du merveilleux (d’où l’adjectif « fabuleux »). Le récit, sorte de mini conte, suit souvent le schéma narratif du genre : situation initiale perturbée par un événement déclenchant une mise en route, péripéties formatrices, situation finale dont la mise en perspective avec le début permet de tirer une sagesse.
La fable, auXVIIe siècle, est un genre pédagogique : l’élève doit mémoriser la morale, apprendre la rhétorique en composant à son tour des récits illustratifs accompagnés de leur moralité conséquente.
C’est La Fontaine qui porte le genre à son apogée par :
la maîtrise de l’écriture en vers irréguliers ; l’art du récit qui varie les rythmes, crée la surprise, inclut des descriptions savoureusesmanifestant un sens de l’observation aigu, des dialogues vifs ; une sagesse exprimée dans des formules travaillées…
l’extension du genre à des domaines nouveaux : l’amitié, la mort, le pouvoir, l’amour, la vie en société…
l’introduction du lyrisme personnel,
le recours aux registres comique, parodique (contre-épique) et satirique.
4.2.4 Le conte philosophique...
tracking img