Appel 18 juin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2639 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommaire

Introduction

I) L'Appel du 18 juin 1940
A) Le contexte de l'Appel
B) L'effet immédiat de l'Appel

II) Les répercutions de l’Appel du 18 juin
A) En France Métropolitaine
B) Dans les Colonies

III) L'Appel du 18 juin entendu par un résistant Français
A) Biographie
B) Témoignages
1) L'écoute de l'Appel du 18 Juin 1940
2) La décision d'agir

Conclusion

BibliographieIntroduction

Le Général de Gaulle est né le 22 novembre 1890 dans une famille catholique, cultivée et conservatrice. C'est certainement de son éducation qu'il tient cette passion pour la France ; il pensait entre autres que « la France n'est réellement elle-même qu'au premier rang ». Il opta tôt pour la carrière militaire, car comme pour de nombreux autres personnes, le métiers des armes etle sort de la France étaient étroitement liés : depuis la défaite de la France en 1870, l'Alsace et la Lorraine ont été annexées par par l'Empire allemand, ce qui est comme une mutilation. A l'école militaire, De Gaulle fait la rencontre du Colonel Pétain (qui sera plus tard le Général) qui devient son protecteur et son modèle. Après la première Guerre Mondiale, l'Alsace et la Lorraine ré-annexé àla France, ils se brouillent. Il fut un des premier à critiquer ouvertement la défense française, avec de vieilles installations et pas assez de mécanisation, son appel n'est pas entendu. Avec des valeurs patriotiques, voir nationalistes, et sa stratégie militaire, le Général de Gaulle ne pouvait pas ne rien faire, lors de la défaite de la France contre l'Allemagne le 17 juin 1940.

I) L'appeldu 18 juin 1940

A) Le contexte de l'Appel :

Alors que la France encaisse une lourde défaite, le 16 juin 1940 le maréchal Pétain est appelé au pouvoir.
Le 17 Juin, il annonce la reddition de la France, qui se soumet a l'Allemagne.
La France a perdu la guerre, et les Français ne comprennent pas, pour la plupart, le fait de devoir baisser les bras.
Ils ne comprennent pas comment un hommeaussi important, en lequel ils avaient pleinement confiance, comment le maréchal Pétain peu se rendre ainsi.
Pour la plupart des Français, il s'agit la d'une trahison. Mais sous le choc, très peu réagissent immédiatement.
Ce n'est que le 18 juin que tout commence réellement. L'appel du Général De Gaulle, réfugié en Angleterre, qui diffusera via la radio son discours de résistance, promet unevictoire de la France, si celle ci résiste.

«  Mais le dernier mot est il dit ? L'espérance doit elle disparaître ? La défaite est elle définitive ? Non ! »

affiche de propagande pour la résistance, faite suite à l'appel du 18 juin 1940

B ) L'effet immédiat de l'Appel :

L'appel ne sera écouté que par un très léger nombres de Français, mais cela aura pour eux l'effet d'une bombe etravivera leur espoir.
Très vite, de nombreux journaux clandestin diffuse cet appel et le font circuler secrètement. La résistance se formera peu a peu, avec une volonté nouvelle né de cette rancœur envers la défaite et né de cet appel tonitruant.
Le discours du 18 juin sera le premier d'une grande série. Ainsi retiendras t on le discours du 22 juin qui développe ce qui avait était évoqué par lepremier discours, puis des affiche sont placardé un peu partout à Londres d'abords, puis dans l'Angleterre avant d'aller en France. Suite à cela, le 28 juin, le Général Charles de Gaulle est nommée « chef des Français libres », reconnu par le gouvernement Britannique. Très vite, de nombreux journaux clandestin diffuse ces appels et les font circuler secrètement.
Certains on entendu l'appel du 18juin, et ont commencé la résistance immédiatement. D'autres en entendront parler, de cet appel ou des autres qui eurent lieu peu après, ou verront des journaux clandestin. D'autres encore résisteront de leur propre chef avant que l'appel ne soit parvenu à leurs oreilles. Les forces de cette résistance sont appelé les Forces Françaises Libres, regroupant civil et soldat de métier, pourvu qu'ils...
tracking img