Apple

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1398 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
- App Store / Cristiano Betta via Flickr CC License by -
L'AUTEUR
Farhad Manjoo Farhad Manjoo est le chroniqueur high-tech de Slate.com. Ses articles
TOPICS

* Amazon
* Apple
* apple store
* applications
* e-book
* google books
* high-tech
* ipad
* iPhone
* iTunes
* Jeff Bezos
* kindle
* livre électronique
* CULTURE
*internet

PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
Le Kindle peut-il sauver la presse?
Ambiance de divorce entre Google et Apple
Apple n'est pas plus vertueux que Microsoft

Le monde de la technologie semble se diriger depuis quelques mois vers un nirvana du livre électronique. Les fabricants ne cessent, en effet, d’améliorer leurs appareils et les prix sont sans cesseplus compétitifs (je suis prêt à parier à nouveau que le Kindle d’Amazon sera à moins de 100$ [environ 74 euros] d’ici la fin de l’année). Mais avant tout, nous sommes en train d’assister à une explosion du nombre de fournisseurs de livres numériques. Il y a deux ans, je regrettais de voir qu’Amazon semblait assuré d’avoir le monopole sur le marché du livre électronique, situation cauchemardesqueaussi bien pour les écrivains que les éditeurs ou les lecteurs. Mais depuis, Apple et Google ont à leur tour ouvert des librairies numériques assez complètes. Encore mieux: les livres numériques vendus par Google et Amazon sont lisibles sur quasiment tous les appareils disponibles. Cela lève une des principales barrières à la prolifération du livre électronique: la peur que les contenus ne soient«liés» qu'à des appareils spécifiques.
Apple se distingue, bien sûr

Seule exception à cette universalité du livre électronique: Apple (comme d’habitude). Les livres achetés sur l’iBookstore ne sont lisibles que sur iPad, iPhone et iPod Touch. Pour les possesseurs de ces appareils, mieux vaut donc acheter ses livres auprès de Google ou d’Amazon, puisque, après tout, ceux-ci sont lisibles nonseulement sur les appareils Apple, mais aussi partout ailleurs. L’iBookstore d’Apple est donc d’un intérêt quasi nul.

Mais Apple, qui ne l’entend pas de cette oreille, commence aujourd’hui à contre-attaquer. Selon le New York Times, la marque à la pomme a refusé à Sony le droit de faire figurer son application de lecture de livres électroniques sur l’App Store. Cette application Sony aurait permisaux gens de lire sur des appareils Apple des livres achetés à l’origine pour un lecteur Sony. Cela n’avait rien d’innovant —Sony souhaitait seulement imiter les applications pour iPhone déjà crées par Amazon, Google, Barnes & Noble et Kobo. On imagine donc difficilement que Sony sera le seul à pâtir. Ce ne serait certes pas la première fois qu’Apple ferait preuve d’incohérence dans sa gestion del’App Store —Apple réprouve de manière générale les applications «sexy», mais fait une exception pour les applications maillots de bain de Playboy et Sports Illustrated— mais, cette fois-ci, il semble certain qu’Apple va étendre ces nouvelles restrictions à d’autres fournisseurs de livres numériques.

Il est peu probable qu’Apple interdise sur ses appareils les applications d’Amazon et autres.D’après un communiqué émis le 1er février par la société, il semble qu’Apple va demander aux vendeurs de livres numériques d’offrir aux clients un moyen d’acheter les livres sur l’iTunes Store. En d’autres termes, Apple veut non seulement une part sur les livres vendus via l’iBookstore, mais aussi une part de 30% sur les livres vendus par ses concurrents.
Une mauvaise nouvelle

C’est une mauvaisenouvelle pour Amazon, qui a fait de la compatibilité avec l’iPhone et l’iPad la pièce centrale de sa stratégie pour le Kindle. C’est aussi une mauvaise nouvelle pour nous tous qui pensions qu’Apple nous laisserait sans problème nous passer de ses services si nous souhaitions utiliser nos iPhones et nos iPads comme livres électroniques. Naïfs que nous sommes ! Sur le long terme, cependant, je me...
tracking img