Apprentissage de la natation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3392 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L'acte moteur : comment nous apprenons

Je vous propose, au travers de cet article complet et richement documenté envoyé par Louis Laplante, de plonger dans la connaissance de l'apprentissage de la Natation, en analysant les multiples facettes de l'acte moteur. Il est important de souligner l'apport de madame Johanne Grenier (chargée de cours à l'Université du Québec à Montréal etspécialiste dans le domaine de la Natation). Pour finaliser le tout, des ouvrages de différents auteurs (Jean-Pierre Bonnet, Richard A.Schimdt, et bien d'autres...) ont été consultés
Quand des spécialistes étudient la manière et les "outils physiques et mentaux" avec lesquels l'homme apprend à nager, il faut se concentrer pour suivre, mais la lecture en vaut la peine...

L'acte moteur : des sensationsà l'imagerie mentale
Trois types de sensations nous sont utiles quand vient le temps de nous
informer sur notre agir corporel en lien avec notre environnement. Cet
environnement peut être soit: interne (sensations intéroceptives) ou externe
(sensations extéroceptives) .Les sensations dites proprioceptives, quant à
elles, nous informent «-sur les déplacements qu'effectuent nos membreset
la position qu'ils occupent par rapport à notre corps :
-sur la position de notre corps dans l'espace;
-sur la résistance que rencontre le sportif lors d'un mouvement et qui lui
permet d'ajuster la force à exercer» (Bonnet, J-P, VERS UNE PÉDAGOGIE DE
L'ACTE MOTEUR, P24)
Ces dernières sensations sont très importantes dans l'apprentissage d'un
nouveau mouvement en natation. En effet,la natation étant une discipline
où l'individu est en relation avec lui-même, les sensations que lui procure
son corps quant à la force musculaire qu'il doit déployée pour effectuer
tel ou tel mouvement lui sont essentielles à sa progression. Elles lui
procurent un «Feed-back interne» (Schmidt,A.Richard, APPRENTISSAGE MOTEUR ET
PERFORMANCE,P.255). Si le jeune éprouve de la difficulté àimaginer le
résultat final d'une action quelconque, il y a fort à parier que, sur le
plan moteur, son action ne sera pas exacte. Ici, le recours à l'imagerie et
la pratique mentale prennent toute leur importance. L'imagerie mentale
désigne:«un processus de représentation d'objets statiques ou dynamiques et
d'événement passés, présents ou futurs sans la présence de stimuli
externes»(Chevalier,1995,;Decety,1989;Decety et Mick,1989;Denis,
1979;1989;1991;Finke,1989 in Chevalier, Nicole, Taktek,
Khaled,APPRENTISSAGE MOTEUR-CAHIER D'ACCOMPAGNEMENT, KIN 2100, département
de kinanthropologie,Université du Québec à Montréal,Automne 1999, P.60).

L'image de son propre corps : le schéma corporel
Toutes ces informations sont en étroites relations les unes avec les autres
etconstituent, ce que les psychologues appellent:«le schéma corporel» ou
tout simplement l'image que se fait l'individu de son propre corps. C'est
donc à travers ses actions corporelles posées sur son environnement
(interne/physique/social) qu'il pourra finalement être à même de bâtir son
schéma corporel ou la représentation mentale qu'a un individu de son corps
et des différentes partiesqui le compose. Afin de l'aider à avoir une
meilleure représentation de son corps, il peut s'avérer pertinent de lui
faire manipuler différents objets. Ainsi, il apprendra toutes les
possibilités de mouvements que lui offrent les différentes parties de son
corps.
À partir d'ici, je tenterai d'établir des liens entre les différents stades
de l'acte moteur (4) établis par Jean-PierreBonnet (Vers une pédagogie de
l'acte moteur) et l'apprentissage de la natation chez un individu. Il va
sans dire que l'apprentissage de la natation est très différent de
l'apprentissage de la marche ne serait-ce parce que le maintient de
l'équilibre se fait dorénavant à l'horizontal.

Les stades de l'acte moteur (4):
Dans son livre, Jean-Pierre Bonnet distingue 4 stades de l'acte...
tracking img