Approche critique du liberalisme, pierre rosanvallon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (515 mots )
  • Téléchargement(s) : 1
  • Publié le : 18 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Note de Synthèse, session n°2 RSE :
Penser le Libéralisme Pierre Rosanvallon

Dans son article, Pierre Rosanvallon se penche sur la signification du terme Libéralisme qu’il considère comme lesynonyme de la société moderne telle que nous la connaissons.
En effet, Pierre Rosanvallon distingue dans un premier temps les concepts de libéralisme économique, d’un point de vue purement technique,du libéralisme politique, pour ensuite démontrer historiquement comment le premier, l’économie de marché, a fait naître le second se substituant progressivement à l’ordre politique en place eninduisant un pacte politique. Pour se faire, Pierre Rosanvallon reprend les fondements de la théorie politique pour démontrer que l’ordre social tel que celui défini par Hobbes et Rousseau n’est applicableque à une échelle nationale, au sein d’une même société, mais échoue à expliquer l’évolution des rapports entre les nations tels que nous les connaissons. En d’autres termes l’évolution des rapportspolitiques entre les différentes sociétés ne pourraient s’expliquer que par un rapport de force économique plutôt que par un contrat social qui est de par sa nature impossible en temps de guerre, d’oùle rôle du marché. Le deuxième argument de Pierre Rosanvallon est que le contrat social permet d’instaurer un ordre dans la société mais ne permet nullement de la réguler. L’idée est qu’une sociétébasée sur les libertés individuelles peut voir ses règles établies par le pouvoir politique sous forme de contrat social implicite, mais ne peut nullement être régulée de manière pérenne autrement que parle marché.
Pour étoffer son argumentation, Pierre Rosanvallon renvoie aux théories d’auteurs classiques tels que celle de Montesquieu ou, plus radicale, celle de Paine pour opposer la brutalitédes rapports hiérarchique d’une société contrôlée par le seul contrat sociale par opposition aux rapports dictés par le « doux commerce ». Nos sociétés auraient donc laissé le marché prendre de...
tracking img