Aragon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3929 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Louis ARAGON (1897-1982)

Louis Aragon est né le 3 octobre 1897 à Paris et dès sa naissance, il vit dans un mensonge, celui de sa naissance. Son père, Louis Andrieux, 57 ans, est un notable, procureur de la république à Lyon, puis député, préfet de police, et ambassadeur de France en Espagne. Sa mère, Marguerite Toucas, a 24 ans. Elle fera passer Aragon pour le fils adoptif de sa mère etAndrieux pour son parrain. Après son baccalauréat, il s’inscrit à la faculté de médecine en 1916, il est affecté au Val de grâce. Nommé médecin auxiliaire en 1918, il part pour le front. C’est à cette époque que Louis Andrieux et sa mère lui avoue le secret de ses origines : c’est le début d’une vie en quête de vérité, de sa vérité tout comme Bonnefoy.

Il publie son premier poème Soif de l’ouestdans le numéro de mars de Nord-Sud, revue fondée par Pierre Reverdy. Puis en juin, il part pour le front. En août, il est cité a l’ordre du régiment et reçoit la croix de guerre. C’est pendant cette période qu’il rencontrera Breton, lui aussi médecin. Plus tard, après la guerre, ils fonderont le mouvement surréaliste avec Philippe Soupault. 

En 1920, Tzara, le maître du Dadaïsme arrive à Paris.Les trois jeunes gens s’enflamment pour cette révolte contre l’ordre établi que prône le Dadaïsme. Aragon publie Feu de Joie, son premier recueil de poésie. Soupault et Breton publient Les Champs magnétiques. C’est aussi l’époque ou, avec Breton, il essaie en vain d’adhérer au parti communiste.

Le premier roman, Anicet ou le panorama, texte ironique, paraît en 1921. Aragon, en plus d’être ungrand poète, fut aussi un romancier hors pair, au grand dam d’André Breton. Déjà Aragon se distingue de ses camarades. 

1922, échec a l’examen de médecine. Il n’aura pas à choisir entre celle-ci et la littérature. La même année, il publie Les Aventures de Télémaque, une pastiche du roman didactique de Fénelon. Puis, en 1924, pendant que Breton publie Le Manifeste du surréalisme, Aragon, quant àlui, fait éditer sa propre conception du surréalisme dans un texte théorique intitulé Une vague de rêve.

Pendant plusieurs années, Aragon est plongé dans le surréalisme. Il participe à diverses manifestations surréalistes, publie des recueils de poésie tel Le Mouvement perpétuel, tout en continuant à être prosateur avec Le paysan de Paris ,1926. Il publie son manifeste, le Traité du style. De1926 a 1928, il finira par adhérer au PCF, en compagnie de Breton et d’Eluard. Ceux-ci n’y resteront que quelques mois. 

Il rencontre Maïakovski, puis Elsa Triolet la belle sœur du poète russe sa future épouse. Il commence à se détacher du surréalisme. Après la publication de Front rouge que Breton qualifiera de poésie de circonstance ce qui ne fera qu’envenimer leurs relations déjà tenduesdepuis des années, la rupture sera définitive.

Jusqu’en 1939, sa vie sera jalonnée par plusieurs voyages en URSS, ce sera une vie de militant, de défenseur du communisme. Il accueille à la frontière des républicains espagnols et milite pour la défense de la culture. Le 28 février 1939, il se marie avec Elsa, la femme de sa vie. Il s’éloigne des communistes en prônant un pacte entre France,Angleterre et URSS, alors que se signe le pacte germano-soviétique. En septembre, il est mobilisé et affecté comme médecin auxiliaire. C’est pendant cette période, qu’il écrit les poèmes du Crève-cœur, premier recueil apolitique depuis bien des années.

En 1940, Il commence la publication des Voyageurs de l’impériale à la NRF, revue dirigée alors par Drieu la Rochelle. Puis c’est le tour de laRime en 1940 où il prend la défense d’une poésie « classique ». Le texte va en fait beaucoup plus loin qu’il n’y paraît car en défendant la tradition en une telle époque, il s’oppose nettement aux visées du nazisme et de son homologue le communisme qui prétendait tous deux dirigé la vie culturelle. 

Cette même année, il reçoit de nouveau la croix de guerre. Aragon a toujours été, quoique l’on...
tracking img