Arbre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2093 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Un arbre est une plante terrestre capable de se développer par elle-même en hauteur, en général au delà de sept mètres. Les arbres acquièrent une structure rigide composée d'un tronc qui peut éventuellement se ramifier en formant des branches.
Les arbres sont des plantes pérennes qui vivent plusieurs années, le plus souvent plusieurs décennies, ou même plusieurs siècles.
Sommaire[masquer] *1 Physiologie * 1.1 Éléments de définition * 1.2 Vie d’un arbre * 1.3 Morphologie générale * 1.4 Modes de reproduction * 1.4.1 Gymnospermes * 1.4.2 Angiospermes * 1.5 Maladies et déformations * 1.6 Typologie * 1.7 Mécanique de l'arbre sur pied * 1.8 Records divers * 2 Rôles et usages de l'arbre * 2.1 Usages par l'homme * 2.2Arbre urbain * 2.3 Les tailles d’un arbre * 3 Dans la culture * 3.1 Symbolique * 3.2 Divinités * 3.3 Proverbes * 4 Voir aussi * 4.1 Bibliographie * 4.2 Notes et références * 4.3 Articles connexes * 4.4 Liens externes |
Physiologie[modifier]
-------------------------------------------------
Éléments de définition[modifier]
Au sens botanique, lesarbres sont des plantes à bois véritable. Celui-ci, également appelé xylème secondaire, est produit par une rangée cellulaire (l'assise libéro-ligneuse) appelée cambium, située sous l'écorce.
La genèse du bois est un processus répétitif qui dépose une couche nouvelle sur les précédentes. Le résultat est souvent visible sous la forme de cernes d'accroissement. Ce résultat est une croissance enépaisseur issue du fonctionnement du cambium qui est le méristème secondaire du bois (le phellogène étant le méristème secondaire de l'écorce). On ne trouve de plantes à bois véritable, et donc d'arbres au sens strict, que chez les Gymnospermes et les Angiospermes Dicotylédones.
Il existe d'autres types de plantes à bois véritable, mais les arbres s'en distinguent par des dimensions plus importantes(comparées à celles des arbustes) ou par la formation d'un tronc nettement individualisé (que ne possèdent pas les arbrisseaux) et porteur (alors que les lianes ligneuses doivent trouver un support pour s'élever).
Selon la fertilité du sol et au terme de leur croissance verticale (issue du fonctionnement des méristèmes primaires apicaux), les arbres peuvent atteindre une certaine hauteur, qui est plusimportante que celle des arbustes. Aucune définition universelle ne fixe de valeur absolue, mais des institutions comme la FAO considèrent qu'un arbre est une espèce capable dans de bonnes conditions de croissance de pousser au moins jusqu'à 5 m de hauteur. D'autres comme l'IFN fixent le seuil de définition à 7 m.
Le statut d'arbre est donné par le potentiel de l'espèce et non par la dimensiond'un individu à un moment ou à un endroit donné. Ainsi un chêne de trois ans de 1,50 m seulement est un jeune arbre et non pas un arbuste. De même un vieux pin rabougri accroché au sol squelettique d'une crête battue par les vents est un arbre nanifié et non pas un arbuste.
En écologie, on assimile quelquefois aux arbres diverses plantes arborescentes, comme les palmiers, les dragonniers, etc.ayant développé un pseudo-tronc dur, ramifié ou non, mais qui n'est pas composé de bois véritable. Quand elle est faite, cette assimilation porte généralement sur des plantes ligneuses Monocotylédones. Pour les palmiers notamment, ce pseudo-tronc porte le nom botanique de stipe. Une feuille de raphia atteint jusqu'à 25 m par 4 m.
Le développement en hauteur et la ramification des branches permettentaux arbres d'augmenter leur capacité d'exploitation de l'espace aérien. La position des feuilles sur plusieurs niveaux permet à l'arbre de multiplier la surface d'échange pour la photosynthèse.
Les premiers arbres sont apparus sur Terre il y a environ 375 millions d'années, au Dévonien. Il s'agissait, tel l’Archaeopteris, d'ancêtres des conifères actuels.
Les formations végétales dominées...
tracking img