Archibald acheson et la rébellion des patriotes de 1837

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3100 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Archibald Acheson et la rébellion des Patriotes de 1837

Les origines d’Archibald Acheson

Archibal Acheson est né le 1er août 1776 et décédé le 27 mars 1849 dans le comté d’Armagh en Irlande, à Markethill plus précisément. Il s’est marié à Mary Sparrow qui donna naissance à son fils et ses deux filles. Fils aîné d’une famille protestante qui s’était établie en Irlande au début du XVIIesiècle, Acheson étudia en Angleterre à la réputée University of Oxford qui lui décerna en 1796 un baccalauréat en arts puis une maîtrise en arts en 1797. C’est en 1798 qu’Acheson débute sa carrière politique alors qu’il est élu à la Chambre des Communes d’Irlande en tant que député du comté d’Armagh. Durant cette même année, Acheson se joint à la milice de son compté à titre de lieutenant-colonel durantla répression de la rébellion irlandaise. En 1801, il devient député de la Chambre des Communes britannique après l’union de l’Irlande et de la Grande-Bretagne l’année précédente. Il occupa ce poste pendant six ans, puis en 1807, son père, Arthur Acheson décède. Archibald Acheson quitte donc son poste de député britannique pour succéder à son père à titre de 2e comte de Gosford. Ce n’est quequatre ans plus tard qu’il réintègre le monde politique lorsqu’il est élu à la Chambre des Lords comme représentant d’Irlande où il appuie le parti whig, un parti qui se caractérise par son opposition au pouvoir arbitraire du roi. C’est durant ce séjour à la Chambre de Lords qu’il commence à militer pour la conciliation entre les différentes religions et nationalités. Malgré sa postérité protestante,il était favorable au partage du pouvoir avec les Catholiques. D’ailleurs, il s'objecta à certains projets de lois réprimant envers les Catholiques dont une loi qui aurait banni la Catholic Association de Daniel O’connell, une association qui luttait contre l’abrogation de toute la législation anti-catholique en Irlande. Puis en 1829 il vota en faveur de l’émancipation des Catholiques d’Irlande.Quatre ans plus tard, il donna son accord à l’assaut du gouvernement whig contre les privilèges de l’Église d’Irlande. Certains iront jusqu’à l’accusé aux communes d’user de favoritisme envers les Catholiques tandis que lui critiquait férocement l’Ordre Orange qui était selon lui la cause des querelles religieuses ayant lieu en Irlande. Gosford ne faisait pas que militer pour la conciliation entreProtestants et Catholiques, mais il luttait également pour l’acceptation des juifs le menant à voter pour le Reform Bill de 1833 qui les émancipait. C’est donc en grande partie grâce à son ouverture d’esprit face au partage du pouvoir entre les différentes religions et ses techniques employées pour y arriver qu’Acheson est nommé Gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique le 1er Juillet1835. Sous l’ordre du secrétaire d’État aux Colonies lord Glenelg, on demande à Gosford de coordonner une commission d’enquête sur les tensions politiques se déroulant au Bas-Canada. L’objectif principal de la commission était de trouver une solution pour résoudre le désaccord entre l’exécutif du gouvernement du Bas-Canada et sa chambre d’Assemblée. Pour l’épauler, sir Georges Gipps anciennementimpliqué dans les Antilles, un ancien juge en Inde Charles Edward Grey et Thomas Frederick Elliot, qui siégeait au Département des affaires nord américaines du ministère des colonies avaient tous été appelés à porter leur aide à Acheson. Le roi Guillaume IV avait cependant limiter le pouvoir d’action de la commission en leur interdisant d’ouvrir le débat sur les bienfaits et méfaits de lapossibilité de rendre le Conseil législatif du Bas Canada électif.

Le Bas-Canada de 1812 à 1835

En 1812, les Etats-Unis et l’Angleterre sont en guerre, les Etats-Unis s’étant attaqués au Canada. Peu après cette guerre, l’Assemblée du Bas-Canada est composée principalement de canadiens-français de la classe moyenne qui revendique les pouvoir de l’église et des capitaux anglophones qui sont...