Archive du bac 2010

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (526 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Malédiction urbaine

Nous vivons dans des nations urbaines, mais nous avons peur des villes. La concentration des hommes et des activités, répète-t-on à l’envi, est, en soi, criminogène; et de citer, invariablement, les mêmes expériences... sur des rats de laboratoire, dont l’agressivité augmente avec le nombre, la densité. Mais on ignore volontiers l’histoire humaine. Le Japonhautement industrialisé et urbanisé a néanmoins un taux de criminalité très faible - le plus faible du monde industriel - de même que les Pays-Bas, pays le plus dense d’Europe. Certes, la criminalitéviolente n’est pas indépendante de la taille des villes, puisque, en règle générale, elle croît avec la dimension des unités urbaines. Le fait est là, indéniable, mais il faut se garder de glisser dansdes interprétations hâtives et surtout d’en tirer trop vite des enseignements pour la politique criminelle, en prônant comme une panacée (1), suivant la mode du moment, le retour à un habitat moinsdense ! […]

Nous serions passés d’un ordre agraire stable et paisible à l’actuel désarroi urbain ; nous vivrions désormais dans cette grande cité maudite, où les hommes sont coupés de leursracines pour n’être plus qu’une masse d’anonymes. Telle est, du moins, la croyance publique. Mais cette vision là est un cliché ancien, aussi vieux que la ville elle-même. C’est la vision nostalgique duvillage de ses ancêtres, où tout le monde connaissait tout le monde, où la vie était, pense-t-on, tranquille et harmonieuse. C’est aussi le discours conservateur : le départ à la ville, c’est la fuitevers l’inconnu, la course à l’aventure, en bref, le risque de perdition. Derrière la ville, il y a la complexité, la mobilité, la fluidité, l’imprévisibilité du monde moderne ; en un mot la sensationde chaos, d’enfer, de capharnaüm (2)qui épouvante les hommes d’ordre. L’anonymat est peu propice à l’emprise policière, à la capture des brigands. La ville est le lieu des contestations, le centre...
tracking img