Archives

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2364 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Archives

CONSOMMATION.

Pourquoi le marché du halal s'impose en France

Mardi s'ouvre à Paris le salon de l'alimentation halal*. Ce secteur autrefois discret sort de sa coquille : supermarchés, fast-foods, restaurants gastronomiques fleurissent. Un vrai business !

 
29.03.2010
Du champagne aux oeufs, le secteur halal dépasse largement le simple négoce de viande d'animaux abattus selonle rite musulman. A Nanterre (Hauts-de-Seine), un Limousin d'origine marocaine vient d'ouvrir une supérette Hal'Shop, un concept bobo où l'on trouve de la pâte à tartiner ou des plats thaï halal. A Nantes (Loire-Atlantique), un jeune d'origine irakienne a lancé début mars le Baker Market sur le même modèle. « Ce marché est en croissance de 15 % par an, il réalisera en 2010 un chiffre d'affairesde 5,5 milliards d'euros », synthétise Abbas Bendali, directeur de l'institut d'études Solis. « Le gros des ventes se réalise dans le commerce des boucheries, mais le halal concerne aujourd'hui aussi les plats préparés ou les rouges à lèvres sans graisse animale. » Des grandes marques s'y mettent Cinq millions de personnes de culture musulmane dont 70 % issues du Maghreb sont aujourd'huiconsidérées comme une cible marketing. Ces clients, pour la plupart des actifs ayant moins de 40 ans, remplissent aussi les restos halal haut de gamme qui fleurissent en Ile-de-France. On les surnomme les « beurgeois ». Des marques nationales telles Fleury Michon ou Herta se mettent à vendre des viandes, des soupes ou des petits pots halal concurrençant les acteurs historiques Dounia ou Médina. Et ça marche !Rien que sur la restauration rapide halal, Solis estime qu'un milliard d'euros sera dépensé en 2010. « Même sur Internet, les clients peuvent vérifier que les produits sont certifiés halal », détaille Abderrahman Bouzid, responsable chez Casino de la seule marque halal de la grande distribution, baptisée Wassila, qui fabrique hachis parmentier, pizzas, ragoûts d'agneau. « On ne fait pas dubusiness pour le business, poursuit le manageur. On n'a pas de cosmétiques ou de vinaigre halal tant que le Conseil français du culte musulman n'a pas proposé de normes sur ces produits. » * Salon Halal expo, ouvert seulement aux professionnels.  Hall 3 du parc des Expositions de la porte de Versailles (Paris XV e ).
Le Parisien
Cet article a été publié dans la rubrique Société

[pic]
• Accueil• Forums
• Galerie
• Petites annonces
• Annuaire
• Réforme de la Constitution
• Contact
• Actualités:
• Culture
• Economie
• Monde
• National
• RME
• Société
• Sport

France : Le jackpot du label “halal”

7 janvier 2007 0 commentaires
En pleine croissance, le créneau du halal attise aujourd’hui la convoitise des industriesagroalimentaires et de la grande distribution. Problème : aucune réglementation n’encadre réellement l’attribution du label “islamiquement correct”.
Devant les étals réfrigérés du rayon halal de l’hypermarché Carrefour de Rennes, Bahija et Bouchra hésitent. Il y a de quoi : viandes rouges, volailles, mais aussi charcuteries, pizzas et paellas surgelées… Les gammes estampillées halal se sontconsidérablement étoffées ces dernières années : “On peut même trouver du foie gras halal !”, s’exclame Bouchra. Depuis le milieu des années 1990, l’offre estampillée “halal” en viandes (ovins, bovins et volailles) et surtout en plats cuisinés s’est élargie de manière impressionnante. Enjeu : un marché juteux et en pleine croissance.
Il est tiré par la troisième génération issue de l’immigrationmaghrébine et d’Afrique subsaharienne, qui montre “un attachement très fort au halal, paradoxalement encore plus fort que chez leurs parents”, explique Florence Bergeaud-Blackler, sociologue à l’unité d’anthropologie de l’université Aix-Marseille. Cette chercheuse, l’une des rares à travailler sur la consommation musulmane, précise qu’“auparavant, cette consommation était réservée à des événements...
tracking img