Ardente patience skermeta

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1310 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Chili : régime militaire de Augusto Pinochet pendant 17 ans du 11 septembre 1973 jusqu’au 11 mars 1990.

Par un coup d’état, Salvador Allende, est renversé et le général Pinochet installe un régime totalitaire et conservateur. Pinochet connu pour ses multiples atteinte aux droit de l’homme, et pour sa politique : « le gouvernement militaire »  / « la dictature militaire ». Allende sesuicide, Pinochet assassine des centaines d’opposants pour rester en place.

En 1988 il y a un référendum, les chiliens refusent de prolonger le mandat de Pinochet.

Pinochet devient sénateur à vie, il est arrêté à Londres en 1998 et sera assigné à résidence. Grace a la France Pinochet est renvoyé devant la cour d’assise. En 2006 Michelle Bachelet, fille d’un proche d’Allende, est présidente.

Tjrsen 2006 Pinochet est inculpé pr de multiples crimes, il est libéré sous caution mais meurt d’une crise cardiaque en décembre 2006.

Antonio Skàrmeta est né au Chili, à Antofagasta en 1940, il enseigne la littérature à l’université de Santiago, en 1973 il est contraint à l’exil, obligé d’émigrer et devient professeur à Berlin. Il rentre au Chili au retour de la démocratie en 1990.

Nota bene(NB) il reçoit un grand prix pour Ardente Patience en 1983 et obtient le prix Médicis en 2001 pour La noce du poète.

Ardente patience (AP) parle de littérature, politique et passion.

Chili 1969 le jeune Mario déteste son métier de pêcheur. Un jour il tombe sur une annonce : recherche facteur pour l’île noire.

Nous sommes en 1973, le poète Pablo Neruda, dans son refuge de l’île noire, estl’unique client du facteur Mario Jiménez.

Le poète et le facteur deviennent amis ; Mario demande à Neruda de lui enseigner l’art de la poésie afin de conquérir Béatriz Gonzalez, une belle adolescente, fille de la patronne de l’auberge.

Mais madame Rosa, la mère, se méfie de la poésie, et s’oppose à cet amour.

« Poète, c’est vous qui m’avez mis dans cette mélasse et c’est vous qui devezm’en sortir. Vous m’avez donné des livres, vous m’avez appris a me servir de ma langue pour faire autre chose que coller des timbres, c’est de votre faute si je suis tombé amoureux »

Les amoureux, aidés par le poète, gagnent. Allende revient au pouvoir et nomme Pablo Neruda ambassadeur à Paris, Mario perd son emploi, mais il reste l’ami du poète : le jour où Neruda reçoit le prix Nobel delittérature, Mario fait une fête à laquelle il convie tout le village. Pablo Neruda sera le Parrain du petit Pablo ; Mario écrit et milite au Parti, il pleure quand le poète cite Rimbaud dans son discours de remerciements du prix Nobel de littérature.

La fin est tragique : mort du poète, du président Allende et de la démocratie chilienne. L’allégresse a été de courte durée, le pays manque de denrées àcause des grèves, c’est le coup d’état du 11 septembre 1973. Avec la mort d’allende et celle de Neruda, c’est la mort de l’espoir d’un peuple tout entier. Skarmeta cite « un poète pauvre et splendide » : « A l’aurore, armés d’une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes »

Skarmeta : « J’ai toujours eu confiance en l’homme, je n’ai jamais perdu l’espérance, voilà pourquoi je suisici avec ma poésie et mon drapeau. [Je veux dire aux hommes que ce ne sera qu’avec une ardente patience que nous conquérrons justice et dignité pour tous les hommes]. »

Au début du roman, Mario n’est pas très courageux, mais il adore aller porter le courrier du célèbre poète Pablo Neruda, il n’a jamais lu un seul vers mais achètera un premier recueil de poèmes. Mario brise l’indifférence deNeruda à son égard, et il demande à être initié à l’art poétique.

Naissance d’une amitié entre le célèbre poète Pablo Neruda et le petit facteur,

Quand Mario tombe fou amoureux de Béatriz, il demande l’aide de Pablo Neruda pour pouvoir lui-même inventer des métaphores…

En 1973 le chili a deux idoles, Allende et Neruda.

Skarmeta choisit de montrer l’influence de Neruda sur un jeune...