Argent

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1050 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
3. L’argent est aussi un moyen destructeur
L’argent perturbe les relations sociales. L’engouement qu’il suscite ainsi que l’étendue de son utilisation font de lui non plus un moyen mais une fin en soi. C’est là en fait la source des perversions en relation avec le commerce de l’argent, allant jusqu’à faire de la vie humaine une valeur d’échange. L’argent devient ainsi non plus « le terreaunécessaire aux grands travaux qui facilitaient l’existence » mais un moyen « destructeur et empoisonneur » même des organisations économiques.
3.1. L’argent : agent détruisant les relations sociales
L’engouement sur l’argent et l’étendue de son utilisation pervertissent sa symbolique. Désormais, il cesse d’être un moyen abstrait pour devenir une valeur pleine, une valeur autonome qui se suffit àelle-même. Une telle perception entraîne un ensemble de comportements répréhensibles. Simmel analyse ces digressions et précise « l’argent se pose bien trop facilement en finalité, chez bien trop de gens il clôt définitivement les séries téléologiques, leur fournissant une mesure pour un faisceau unifié d’intérêts de niveau abstrait, souverainement placé au-dessus des détails de l’existence, quiaffaiblit en eux le besoin de rechercher la progression de ces satisfactions » (p :282) De là jaillissent des caractères qui ont depuis toujours inspiré la comédie : cupidité ( le barbier de Séville), Cynisme ( Dom Juan) et l’avarice que montre la pièce de Molière. Simmel la définit comme une forme de volonté de puissance qui, pour se maintenir intacte, renonce à s’exercer. De là sa fréquence chezles vieillards comme Harpagon qui « aime l’argent plus que réputation, qu’honneur et que vertu » (II, 4) Ils ne peuvent connaître d’autres jouissances, à l’image de Gundermann « qui triomphe parce qu’il est sans désirs » (Zola, p :484). Ils sont alors enclins soit à tyranniser effectivement leur entourage soit à rechercher la puissance abstraite qui s’incarne dans l’argent au risque de détruire lafamille. Cependant, ces comportements individuels, quand ils se propagent dans la société, engendrent de véritables phénomènes. Aussi, se développe-t-il une véritable haine des étrangers qui réussissent dans le commerce de l’argent. Simmel précise à ce propos que « la haine du peuple envers les grandes maisons financières venait principalement de ce que leurs propriétaires, et la plupart du tempsaussi leurs représentants, étaient d’habitude des étrangers » (p : 366) Ce sentiment grandissant s’assimile à de la xénophobie comme le montre l’image du juif dans les deux œuvres littéraires. Il est systématiquement associé soit à la figure de l’usurier comme le montre l’exclamation de Cléante devant le taux d’intérêt que lui rapporte La Flèche « comment diable ! quel juif, quel arabe est-ce là ?c’est plus au dernier quatre » (II, 1) ; soit à la figure du parvenu et de l’arriviste comme le montre l’explication par Jantrou de la réussite de Nathansohn : « un garçon très gentil, Nathansohn , déclara Jantrou, et qui mérite de réussir ; nous avons été ensemble au crédit immobilier… Mais il arrivera, lui, car il est juif. » ( Zola, 54) nous nous contentons de cet exemple qui illustre commentl’argent « empoisonne » et « détruit » les relations sociales. Il peut même toucher à la dignité de l’être humain et à son droit à la vie.
3.2. L’argent : agent menaçant la dignité humaine
Contrairement à ce que espérait Simmel, la valeur de l’argent égale sinon dépasse la vie et la dignité humaines. Ainsi, Harpagon fait de la dot le critère principal pour décider de son mariage et de celui deses enfants, occultant de fait les critères habituels de l’âge, du milieu social, de l’amour ou du mérite. Saccard de même sélectionnait ses premières cibles, notamment la baronne Sandorff, en fonction de ce qu’elles ont et non de ce qu’elles sont, attribuant de fait à l’argent « une sorte de mérite moral » (Simmel, p :254) condamnable. L’argent devient même l’équivalent de la vie. Ainsi,...
tracking img