Argumentation de l'article de umberto eco parut en 2003

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1029 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Bac blanc 2011 Sujet 4 : argumentation

Dans son article « Sur quelques Fonctions de la littérature » issu de De la littérature, datant de 2003, Umberto Eco développe une argumentation basée sur le thème de la littérature et de sa fonction éducative, la problématique de l’extrait étant la suivante : « la littérature possède-t-elle une fonction éducative qui ne soit pas réductible à latransmission des idées morales (bonnes ou mauvaises) ou à la formation du sens du beau ? »
Partant des exercices d’écriture d’invention, qui sont des exercices pouvant nous « éduquer à la liberté et à la créativité » (l.41) en remodelant ou en façonnant notre propre histoire, Umberto Eco tend à démontrer à l’aide de trois arguments, la vraie fonction éducative de la littérature : « L’éducation auDestin et à la mort » (l.43).
Autrement dit, il répondra à la problématique principale par la positive.
Ce commentaire suivra par conséquent, un plan dialectique dans lequel il s’agira dans une première partie de reformuler chacun des trois arguments et, dans une deuxième partie, de construire une antithèse basée sur des éléments personnels.

Le premier argument et non pas des moindres réside dansle fait que la fonction des récits « immodifiables » est que, malgré l’envi de modifier le destin, nous nous heurtons à l’impossibilité de le changer. L’éducation au destin apparaît clairement. En effet, nous même, sommes « prisonniers » de notre destin. Il nous est impossible de modifier les choses et nous subissons parfois bien des malheurs sans pouvoir rien n’y faire tout comme le lecteur subitl’histoire qu’il est en train de lire sans pouvoir modifier son issu.
Umberto Eco illustre cet argument avec un exemple simple : La description de la bataille de Waterloo dans les Misérables par V. Hugo. « Etait-il possible que Napoléon gagna cette bataille ? Nous répondons que non. Pourquoi ? A cause de Welligton ? A cause de Blücher ? Non. A cause de Dieu. » (l.34-35).
L’argument 2 estrelativement très lié à l’argument 1 puisque qu’il démontre que, quelque soit l’histoire que les auteurs racontent, ils racontent aussi la nôtre. Et c’est bien pourquoi nous les lisons et les aimons. En effet, ces histoires qui ne peuvent être modifiées sont en tout point semblable à la nôtre. Notre vie qu’on ne peut changer puisque le Destin en est le maître.
L’exemple cité est celui de l’agonie duprince André dans Guerre et Paix de Tolstoï. Le livre se conclu par « la mort, (du prince André) bien que cela nous déplaise. » (l.28-29). Parallèle très fort avec notre propre vie, destin qui finira bien par la mort malgré notre envi d’y échapper.
Le troisième argument, formulé à la manière d’un contre-argument, possède un ton ironique. Umberto Eco procède par l’absurde pour nous illustrer sathèse. Il nous prouve dès lors que vouloir contrôler l’histoire ou décider du Destin des personnages serait comme aller au comptoir d’une agence de voyage. Processus absolument ridicule car il ôterait tout intérêt à lire l’histoire puisque tout nous est connu. Il prend pour cela l’exemple de la baleine Moby Dick. Selon lui, « la vrai leçon de Moby Dick est que la Baleine va où elle veut. » (l.15).Et c’est là l’éducation au Destin. Puisque cela nous apprend à accepter la vie telle qu’elle est et ce besoin d’un Dieu, du Destin.

Par contre, où l’on pourrait aller à l’encontre de monsieur Umberto Eco, c’est que la fonction éducative est que l’on apprend de ses erreurs, et de cette manière on peut contrôler notre destin afin d’avoir la possibilité de changer notre avenir. D’ailleurs,Umberto nous donne l’information et la clé de cette interrogation : le ravin. Effectivement, si Napoléon avait mieux évalué le terrain, alors il aurait découvert ce ravin et il aurait peut-être empêché son destin qui est la défaite. De même, l’histoire du prince André nous fascine par sa fin tragique, elle nous éduque au fait qu’il y a une fin, et que malgré l’envie d’en changer son issue, on ne...
tracking img