Argumentation - pertinence de la destruction créatrice

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1915 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La croissance s'explique par la hausse de la production d'une année à l'autre. Par sa théorie de la croissance endogène Schumpeter montre que l'innovation joue un grand rôle dans la croissance. Elle est ce "résidu" qui représenterait la moitié de la croissance selon les études de Carré, Dubois et Malinvaud durant le XXème.
Après avoir montré que la pertinence d'un ouragan de l'innovation par ladynamique de l'entrepreneur que l'on mettra en perspective avec sa nouvelle visée court-termiste existe, nous montrerons que l'ouragan de destruction créatrice répond à un déversement sectoriel qui n'a plus lieu d'être avec le secteur tertiaire, enfin nous témoignerons du fait que malgré l'innovation, des pratiques telles l'arrivée de nouveaux consommateurs et modèles de croissance renvoientl'innovation à une place moindre dans le processus économique.

Soskice avançait en 1989 qu'une faible régulation de l'État – préférée par Schumpeter – produirait des effets moindres sur l'innovation. En effet, la demande de rentabilité se voudra rapide, les investissements se focaliseront donc sur des entreprises à fort potentiel de profit à court terme au détriment d'entreprises à potentielinnovant fort, mais à long terme.
Dans un autre temps, ce sont les États plus interventionnistes qui favorisaient l'innovation. Le marché boursier étant moins développé, c'est par des petits groupes d'actionnaires que les entreprises sont détenues. Ainsi, ils ont un engagement à long terme au sein de ces sociétés et favorisent l'innovation par ce biais. Devant un avenir serein, l'activité productive estenvisagée au mieux et donne ainsi les meilleurs résultats.
On peut rétorquer que ce sont les États-Unis dont l'économie libérale donne les plus nombreuses innovations. De plus, elle a un fort potentiel attractif en terme de scientifiques qui sont pourvoyeurs de découvertes tandis que la France rechigne à investir en de telles mesures sur le créneau recherche et développement (R&D).
Ainsi, lathèse de Soskice peut paraître assez pertinente, mais dans le fond l'on voit bien que les pratiques se sont orientées vers une déréglementation des marchés. Lester montre à l'inverse que c'est parce que les entreprises états-uniennes se sont adaptées qu'elles ont réussi à s'imposer comme plus efficaces. Leur organisation, leur flexibilité, l'insistance sur la formation sont autant de facteurs qui ontpermis cette domination.
Le secteur militaire, avec ses guerres multiples engagées par le gendarme du monde lui permet d'une manière détournée à financer la recherche. Enfin, un "capital risque" est fourni par le venture capital, le capital risque qui permet la plupart du temps de financer de petites entreprises aux projets innovants qui se rapprochent de l'entrepreneurialité schumpetérienne.En effet, l'investisseur va injecter des fonds en vue d'en dégager des bénéfices. Il orientera ses dépenses après analyse du business plan qui évalue le potentiel de l'entreprise selon sa capacité à grossir très vite. Tout cela repose uniquement sur le concept développé par l'entreprise, et ce concept repose sur une innovation.
On est aujourd'hui dans une recherche constante, mais surtout rapidedu profit. Cela ce traduit concrètement par ce phénomène de start-up, ces sociétés que l'on monte afin de les revendre très rapidement une fois leur valeur au plus haut. Un phénomène annexe, celui des « Business angels » confirme cette tendance. Ils placent leurs capitaux dans des entreprises innovantes, puis font fortune en revendant leurs entreprises ou en les mettant en bourse.
Là où Schumpetervoyait juste, c'est en l'importance qu'à l'innovation dans les phénomènes de concurrence. Cela créé un monopole temporaire, mais cela attire aussi l'employé. Google a augmenté de 10% tous ses salaires, car ses ingénieurs partaient à la concurrence. En cause, le changement de statut de Google qui n'est plus une "start-up", n'est plus perçu comme l'entreprise innovante qui fut sa réputation,...
tracking img