Argumenter à l'aide de récits imagés plutôt que de manière directe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 9 (2238 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 27 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Quel est, selon vous, l’intérêt d’argumenter à l’aide de récits imagés, comme la fable ou le conte philosophique, plutôt que de manière directe ?

| |

Le but de tout texte argumentatif est de faire en sorte que le lecteur soitintéressé par les propos de son auteur. Pour cela, les écrivains, afin de toucher la sensibilité de leur lecteur, ont eu recours à la fable ou au conte philosophique, mais ce qui ne les a pas empêchés à certaines occasions de privilégier l’argumentation directe. Ce qui conduit à se poser la question de savoir si pour emporter l’adhésion du lecteur, il est préférable d’utiliser le récit ou exposerdirectement ses arguments.
Pour traiter le sujet nous allons voir les intérêts et les limites d’argumenter par le biais de récits imagés avant de s’intéresser aux caractéristiques de l’essai.

Les récits imagés ont souvent été plus appréciés du public car ils argumentent un point de vue au travers d’une histoire et des différents évènements qui viennent en bousculer le cours. On retrouvenotamment la fable, qui est souvent associée à Jean de La Fontaine, mais dont les origines remontent à l’Antiquité et à Esope qui servira longtemps de modèle. On s’aperçoit que le côté ludique et fictif a tendance à attirer l’esprit du lecteur, avec la mise en scène d’animaux qui caricaturent les humains et la société dans son ensemble. La fable fait appel à l’imagination du lecteur et offre souventune interprétation équivoque. Par exemple, « L’aigle et la renarde » d’Esope, se termine, comme souvent dans les fables, par une morale explicite, qui dit que celui qui rompt les liens d’amitié est puni par le ciel et non par un désir de vengeance. Cependant la lecture de la fable peut amener le lecteur à se questionner sur la compatibilité du rapprochement de deux individus de natures différents.La fable illustre aussi souvent le pouvoir du langage sur une situation de fait. Par exemple, « Les grenouilles qui demandent un roi » de La Fontaine, met en scène d’une part des grenouilles caractérisées par le mécontentement des régimes politiques dans lesquels elles se trouvent, et d’autre part Jupin qui fait office d’autorité et qui est à l’origine des changements de régimes. Finalement lesgrenouilles vont passer d’un régime démocratique à un régime tyrannique fondé sur la violence et l’arbitraire. Ce sont donc les caprices et les plaintes du peuple grenouille qui vont provoquer l’évolution de leur situation. On remarque que contrairement à l’Antiquité, les fables plus modernes comme celles de La Fontaine ou de Victor Hugo dont « Fable ou Histoire », deviennent versifiées avec des jeuxde sonorités qui peuvent davantage sensibiliser le lecteur.
Parmi les récits imagés, on retrouve aussi le conte philosophique, qui fait passer les idées de l’auteur de manière narrative et implicite, permettant bien souvent d’échapper à la censure. Il utilise la fiction pour démontrer, et faire réfléchir le lecteur. Les ambitions des contes philosophiques sont à mettre en relation avec lesidées des Lumières ; il s’agit de critiquer l’injustice, l’inégalité, l’intolérance religieuse, la guerre, l’absurdité du code social, et les préjugés scientifiques. Par exemple, Voltaire dans son œuvre, et notamment dans « Candide » emploie l’ironie pour critiquer la théorie de l’optimisme inspirée par Leibniz, et selon laquelle le monde dans lequel on vit est le meilleur des mondes possibles. Toutau long du récit, Candide, qui est l’image même de la naïveté, va être confronté à une série d’épreuves (guerres, viols, injustices, …) qui vont lui permettre de découvrir par lui-même la vraie nature du monde dans lequel il vit. D’autre part Voltaire fait une critique de la noblesse en plantant dans le décor, dès le premier chapitre, un château au mode de vie totalement dépassé et archaïque,...
tracking img