Aristote

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1011 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TD 1 : HPE (ARISTOTE)

Introduction L’économie, en tant que domaine de connaissance et de réflexion , est issue de préoccupations politiques et morales. Ainsi, de Platon à Smith, l’évolution de la réflexion économique a suivi celle de la philosophie politique et morale. On distingue trois grandes branches de la philosophie : la métaphysique, la philosophie naturelle (physique, mécanique,astronomie, ie les sciences expérimentales), et la philosophie politique et morale, au sein de la quelle on trouve des questions d’ordre économique. On peut citer en illustration, deux exemples de questions : - Question politique : dans quelle mesure les activités économiques, en particulier le commerce, favorisent-elles la stabilité de l’ordre ? Réponse de Montesquieu à cette question : (De l’espritdes lois, 1748) la théorie du doux commerce : "là où il y a du commerce, il y a des mœurs douces, et là où il y a des mœurs douces, il y a du commerce" → quand on commerce, on échange au lieu de piller. - Question morale: dans quelle mesure tel ou tel type d'activité économique doit être moralement approuvée ou désapprouvée? La question s'est notamment posée pour le prêt à intérêt, longtempscondamné par le clergé. De même aujourd'hui, la question des retraites n'est pas qu'une question économique, mais aussi une question politique (question du choix du système politique) (thèse ou constat?) : les 17 et 18ème siècle constituent une période charnière où l'économie se serait autonomisée, émancipée de la philosophie politique et morale: à partir de 1776, ie la publication de La richesse desnations de Smith, on estime qu'on n'a plus besoin de la politique et de la morale pour faire de l'économie. Louis Dumont, 1977, dans Homo Aequalis, genèse de l'épanouissement de l'idéologie économique, soutient cette thèse de l'émancipation. ARISTOTE Quelques repère généraux: environ au 4ème siècle avant JC, élève de Platon, précepteur d'Alexandre le grand. Il se sépare de Platon pour fonder sa propreécole : le Lycée. 1. la base de la pensée d'Aristote "l'homme est un animal politique, et la citée (ie la société) est naturelle" → il est impossible de penser l'homme en dehors de la société : "celui qui vit en dehors de la société est soit un dieu, soit un dégradé" ce débat existe depuis l'antiquité et opposait aristotéliciens et épicuriens: - Aristotéliciens : l'Homme ne peut vivre sans sessemblables, à la fois d'un point de vue physique et d'un point de vue moral → l'Homme est un être incomplet. - Épicuriens : l'Homme ne s'associe aux autres que par calcul ou par intérêt (que s'il en tire un avantage) 2. la division tripartite de la science de l'homme 3 parties: le politique, l'économique, et l'éthique - le politique est la science de la vie dans la cité - l'économique st la sciencede la vie familiale, ou l'art d'administrer la maison (traduction littérale du grec economia)

-

l'éthique est la science de l'activité individuelle

il y a donc imbrication entre politique, économique et éthique. De plus, comme le tout est supérieur aux parties (conception holiste), la société prime sur les individus, la politique est donc la science souveraine (hiérarchiquement) 3.distinction entre bonne et mauvaise chrématistique Dans une économie, il existe une partie prépondérante appelée la chrématistique, ie l'art d'acquérir des biens et des richesses (le chef de famille doit apporter des richesses à sa famille pour bien administrer la maison) - la bonne chrématistique : art d'acquisition naturel et légitime : se procurer des biens et richesses en vue de satisfaire desbesoins eux-même naturels et légitimes (nourriture, logement, vêtements etc.) , par le biais de l'échange soit par le troc, soit par l'échange monétaire. - La mauvaise chrématistique : acquérir ou d'accumuler de l'argent et des richesses pour eux-même. La forme principale est le commerce (on achète ou produit pour revendre plus cher). Aristote la condamne à double titre : elle est sans fin...
tracking img