Armance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1794 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Armance de Stendhal
Résumé :
Dans un avant-propos, Stendhal met en garde son lecteur, de la même manière que dans La Chartreuse de Parme ou dans les Chroniques italiennes. Il affirme qu’il ne fait que corriger un roman qu’on lui a soumis, qu’il ne connaît pas les grands de ce monde et n’appartient pas à leur milieu social. Il se cache donc derrière des masques qui ne font que compliquerl’absence de nom d’auteur sur les premières pages. Pour la première fois, il affirme aussi sa volonté de présenter dans son roman « un miroir au public », formule qui deviendra une des grandes formulations de la poétique romanesque stendhalienne.
Le début d’Armance introduit le personnage principal, Octave de Malivert, qui à vingt ans sort de l’Ecole polytechnique, et possède « beaucoup d’esprit, unetaille élevée, des manières nobles, de grands yeux noirs les plus beaux du monde ». Octave semble frappé de mélancolie et suscite l’inquiétude de sa mère qu’il chérit : il aime être seul, regrette sa petite cellule de l’Ecole polytechnique, « vit comme un être à part, séparé des autres hommes ». Sa mère, la marquise de Malivert, l’engage donc à aller dans le salon de la marquise de Bonnivet pourconjurer une mélancolie que les médecins n’ont su expliquer. Au second chapitre, les Malivert apprennent le vote de la « loi d’indemnité » destinée à indemniser les nobles qui se considèrent comme spoliés par la Révolution, et qui fait d’Octave un bon parti pour le mariage. Suivant les conseils de sa mère, le héros se rend dans le salon de Madame de Bonnivet où il se trouve placé en face d’Armance deZohiloff, sa cousine. Elle est décrite au chapitre V comme une fille d’une noble famille russe, recueillie par Madame de Bonnivet, droite, sérieuse, au regard singulier et à la « beauté russe ». Elle seule dans le salon ne semble pas empressée auprès de lui du fait de sa fortune nouvelle. On apprend au chapitre suivant qu’Octave est sujet à des accès de fureur : de même qu’il a un jour agressé undomestique sans raison apparente, il est revenu blessé en une autre occasion, suite à une querelle avec des soldats. Après une soirée au théâtre qui ne le divertit pas, il retrouve Armance chez Madame de Bonnivet et apprend avec joie de la bouche de sa cousine que sa fortune nouvelle ne change rien pour leurs relations.
Néanmoins, à partir du chapitre V, Octave veut prouver à Armance que lapromesse des deux millions de francs de la loi d’indemnité ne lui a pas tourné la tête et constate avec tristesse que sa cousine ne désire pas avoir de tête-à-tête avec lui ; à ce moment-là, Octave ne pense aucunement être amoureux d’Armance, qui commence cependant à occuper ses pensées. C’est à cette époque qu’il avoue à Madame de Bonnivet, qui cherche à le convertir au mysticisme allemand, qu’il n’apas de conscience, « aucun éloignement instinctif pour le crime ». C’est aussi à cette période qu’il devient un être à la mode, brillant, qu’Armance admire de loin et à qui elle finit par avouer qu’il garde toute son estime. Le fait est qu’Armance a compris qu’elle brûle d’un « fatal amour » pour Octave, alors que le narrateur note, non sans malice : « Ce qui est admirable, c’est que notrephilosophe n’eut pas la moindre idée qu’il aimait Armance d’amour. » Afin de ne pas être tentée de dire son amour à Octave, Armance invente une histoire selon laquelle un mariage lui serait promis mais qu’elle ne peut en dire plus, aiguisant par là la curiosité d’Octave qui cherche à deviner qui est le futur époux. Lui-même a pris la ferme décision de ne pas se marier avant ses 26 ans. Le bonheur innocentdes deux jeunes gens paraît sans ombre, sauf lorsque Armance apprend qu’Octave passe ses soirées après le salon de l’hôtel de Bonnivet dans des lieux de débauche (où l’on s’adonne au jeu et où il y a des femmes), ce qu’Octave ne dément pas. Il promet cependant de ne plus fréquenter ce genre de lieu.
Le jeune Malivert décide de se faire passer pour l’amoureux de la comtesse d’Aumale, afin de...
tracking img