Arrêt 11 janvier 2000 - preuve de la propriété

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (912 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA COUR DE CASSATION, PREMIERE CHAMBRE CIVILE.

11 janvier 2000. Arrêt n° 33. Cassation.
Pourvoi n° 97-15.406.
BULLETIN CIVIL - BULLETIN D'INFORMATION.
NOTE   Donnier, Anne,  Recueil DallozSirey, n° 11,  15/03/2001, pp. 890-894
Sur le pourvoi formé par Mme Rose-Marie Deschamps, demeurant 5, chemin du Bois, 69300 Caluire et Cuire, en cassation d'un arrêt rendu le 19 février 1997 par la courd'appel de Lyon (6e chambre civile), au profit : 1°/ de la Société lyonnaise de banque, société anonyme, dont le siège est 8, rue de la République, 69001 Lyon, 2°/ de M. Georges Conte, demeurant 5,chemin du Bois, 69300 Caluire et Cuire, défendeurs à la cassation ;

La demanderesse invoque, à l'appui de son pourvoi, le moyen unique de cassation annexé au présent arrêt ;
Moyen produit par laSCP Masse-Dessen, Georges et Thouvenin, avocat aux Conseils pour Mme Deschamps.
Le moyen reproche à l'arrêt attaqué d'avoir débouté un propriétaire (Madame DESCHAMPS, l'exposante) de sa demande contrele créancier (la Société LYONNAISE DE BANQUE) de son concubin en distraction de meubles et objets saisis à son domicile ;
AUX MOTIFS QU'il résultait des pièces versées aux débats par la SociétéLYONNAISE DE BANQUE que l'immeuble dans lequel les meubles avaient été saisis appartenait en nue propriété à Madame DESCHAMPS et en usufruit à Monsieur CONTE et que ce dernier, président-directeur généralde plusieurs sociétés, disposait de revenus importants ; que, compte tenu de la communauté de vie entre Monsieur CONTE et Madame DESCHAMPS et de la confusion de leur patrimoine, la présomption édictéepar l'article 2279 du Code civil ne pouvait s'appliquer au seul profit de Madame DESCHAMPS ; que cette dernière devait rapporter la preuve de sa propriété sur les biens saisis ; que la seuleproduction des factures d'achat au nom de Madame DESCHAMPS ne suffisait pas à établir son droit de propriété ; qu'il devait être exigé la production de pièces justifiant que c'était bien elle qui avait payé...