Art , beaute

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2824 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
esthétique [français] gr. aisthêtikos lat. aesthetica all. Ästhetik (subst.), ästhetisch (adj.) angl. aesthetics

ART , BEAUTE

Le terme esthétique semble, en raison de son étymologie, ne poser aucun problème majeur de traduction dans sa transposition d'une langue européenne à une autre. Créé par Alexander Gottlieb Baumgarten (1714-1762), le néologisme « ästhetica » paraît, du moins dansl'esprit du philosophe allemand, ne souffrir aucune équivoque, et les philosophes européens, assurés de l'étymologie grecque et acquis à son insertion dans le vocabulaire du latin philosophique, sont nombreux à l'adopter spontanément. Cependant, dès le début du XIXe siècle, la méfiance qu'il provoque est à la mesure de l'engouement qu'il suscite. Les problèmes, variables d'une langue à une autre etd'un pays à un autre, concernent aussi bien la délimitation du champ des connaissances portant sur l'art et sur le beau que la spécialisation des savoirs, des méthodes et des objets relatifs à l'étude du sensible. La cohérence épistémologique que semble assurer la circulation, presque à l'identique, d'un terme parfaitement identifiable d'une langue à une autre — de l'anglais au roumain, en passantpar le grec moderne, l'espagnol, l'italien, etc. — apparaît dès lors illusoire.
I.

Baumgarten et l'épistémologie d'une science du sensible définition

A. La première

Partant de la distinction platonicienne et aristotélicienne— reprise plus tard par les Pères de l'Église — entre les aisthêta (choses sensibles ou faits de sensibilité) et les noêta (choses intelligibles ou faitsd'intelligibilité), A.G. Baumgarten ne doute pas, dès 1735, dans ses Meditationes philosophicae de nonnulis ad poema pertinentibus, de l'existence d'une science du monde sensible. « Les noêta […] sont l'objet de la Logique — déclare-t-il — les aisthêta sont l'objet de l' epistemê aisthêtikê, ou encore de l'Esthétique » (CXVI). Du moins est-ce ainsi, quinze ans avant la parution de l'Ästhetica (entre 1750 et1758), que le philosophe précise l'objet d'une discipline qui n'existe pas encore et qu'il s'attache à définir ultérieurement, moyennant quelques variantes. Celles-ci visent à déterminer progressivement le cadre épistémologique de l'esthétique. Dans la première édition de sa Métaphysique [1739], Baumgarten reconstitue, selon la tradition scolastique, un mode de trivium en fonction des modalités del' esthétique, entre la rhétorique et la poétique : « La science du mode de connaissance et d'exposition sensible est l' esthétique; si elle a pour but la moindre perfection de la pensée et du discours sensible, elle est la rhétorique; si elle a pour but leur plus grande perfection, elle est la poétique universelle » (Esthétique, p. 533).

B. L'autonomie de

l' esthétique

Mais, comme si leprojet d'une poétique universelle lui paraissait encore trop restreint, Baumgarten abandonne cette définition dans les éditions suivantes de son Esthétique pour aboutir, dans ce même paragraphe (7e édition, publiée en 1779), à une formulation censée attester la totale autonomie de l' esthétique : « La science du mode de connaissance et d'exposition sensible est l'esthétique (logique de la facultéde connaissance inférieure, philosophie des grâces et des muses, gnoséologie inférieure, art de la beauté du penser, art de l'analogon de la raison). » C'est, à quelques termes près, la définition qui ouvre l'Ästhetica de 1750 : « L'esthétique (ou théorie des arts libéraux, gnoséologie inférieure, art de la beauté du penser, art de l'analogon de la raison) est la science de la connaissancesensible » (Esthétique, vol. 1, trad. fr. J.-Y. Pranchère, p. 121).
II. Le

terme « esthétique » entre latin, grec, allemand et autres langues équivoque fondamentale

A. Une

Cette caractérisation de l' esthétique, que Baumgarten veut globale et capable de subsumer sous un même concept aussi bien la beauté et le goût que les beaux-arts et l'expérience sensible, masque difficilement une pluralité...
tracking img